Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #10 | Musique / Marcel Kanche

> C’EST BEAU LA VIE
+ La bouffe

> SOCIÉTÉ
+ Agriculture progressiste
+ Le quatrième pouvoir en CDD

> LITTÉRATURE
+ Robert Piccamiglio

> VOYAGE
+ Iran

> PHOTO
+ Laure Vasconi

> CINÉMA
+ Anna Thomson

> MUSIQUE
+ Marcel Kanche

> 4 LIVRES : LA BOUFFE
+ Pétrone : Le Satiricon
+ Omar Khayyâm : Quatrains - Robaïyat
+ Roald Dahl : Charlie et la chocolaterie
+ Richard Brautigan : Mémoires sauvés du vent

> BOUQUINERIE
+ Jacques Faton : Du coq à l’âme
+ Primo Levi : À la recherche des racines, anthologie personnelle
+ Mathieu Pernot : Tsiganes
+ Willem : Éliminations
+ Nancy Houston : Nord perdu
+ Christian Béthune : Le rap, une esthétique hors-la-loi

> NOUVEAUX SONS
+ Man : Arthur
+ Erik Truffaz : Bending New Corners
+ Ballin’ The Jack : Jungle
+ Calla : Calla
+ Rizwan et Muazzam Qawwali : Sacrifice To Love
+ Beat At Cinecittà : Volume 3
+ Bruning Heads : Escape

> JAMAIS TROP TARD
+ 4 créations psychédéliques

> REVUES
+ Golias
+ Slow Food

> ACTION
+ Attac

Par Doé, Morvandiau.

Quasi-inconnu du grand public, le nom et le talent de Marcel Kanche circule pourtant beaucoup dans le petit monde de la chanson française. Collaborant comme auteur et compositeur aux nombreux projets de ses amis (Les Pires, Les Ogres de Barback, Les Nonnes Troppo ou dans les embarquées solitaires de Néry, chanteur du même groupe et ex-VRP), il peint, met en scène (Le Bal des Airs avec l'accordéoniste Arnaud Méthivier) et met en musique la lecture de ses textes (avec Pierre Payant de La Tordue). Refusant les propositions politiquement correctes de notre Johnny national, il écrit avec plaisir pour le prochain album d'Alain Bashung. Quand il en a le temps, après déjà trois disques solo, il enregistre, comme cet été, un album, Lit de chaux, et bataille pour le faire exister. Avec la belle assurance de ceux qui doutent mais savent ce dont ils ne veulent pas, il s'explique sur son goût d'artisan pour la création, sur les vaches, les humains et les brins d'herbe qui nous entourent.

Qu'est-ce qui t'a mis le pied à l'étrier ?
Ma vocation étant petit, était celle de peindre, mais, comme la peinture est un acte solitaire, relativement douloureux, je me suis plutôt penché vers la musique qui est plus directe et qui parle plus vite aux gens. La pratique de la musique et son écoute en fait : la découverte de gens comme Suicide. Aujourd'hui, je peins toujours un peu, à défaut d'aimer la pêche. Je suis mauvais peintre et très mauvais musicien mais ça m'intéresse d'autant plus que c'est un combat à mener. J'aime me coltiner les choses qui me sont difficiles.