Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #14 | Action / Cyber-acteurs

> C’EST BEAU LA VIE
+ Les dieux du stade

> SOCIÉTÉ
+ René Passet
+ Strip-tease
+ Pas encore vu à la télé
+ Michael Palin, python voyageur

> LITTÉRATURE
+ André Markowicz

> VOYAGE
+ A pied dans Manhattan

> PHOTO
+ Thimoty Mason

> CINÉMA
+ Christophe de Ponfilly

> NOUVELLE
+ Caniveau
+ Rédaction

> 4 LIVRES : LE SPORT
+ Albert Londres : Tour de France, tour de souffrance
+ Dan Kavanagh : Arrêt de jeu
+ Jack London : Un steak
+ Tibor Fischer : Sous le cul de la grenouille
+ John King : Football factory

> BOUQUINERIE
+ Serge Halimi : L’opinion, ça se travaille
+ Tony Papin : Scotch & Penicillin
+ John King : La meute
+ René Riesel : Déclarations sur l’agriculture transgénique et ceux qui prétendent s’y opposer
+ David B et Christophe Blain : Les Ogres
+ David Bradford : Drive-by Shootings

> NOUVEAUX SONS
+ Tal : An Evening With Charlie
+ Pantychrist : Pantychrist
+ Céline : Anthologie 1894-1961
+ Java : Hawaï
+ Dead Man Ray : Trap
+ David Holmes : Bow Down To The Exit Sign
+ Enrico Macias : Enrico Experience

> C’EST ARRIVÉ PRèS DE MAINTENANT
+ Atom Heart

> REVUES
+ La Hulotte, Bile Noire

> ACTION
+ Cyber-acteurs

ACTION / CYBER-ACTEURS

Par Katell Chantreau, Marie Hombert.

"Un petit clic vaut mieux qu'un grand choc", ou un nouveau moyen d'expression citoyenne. Cyber Acteurs a choisi d'informer et de mobiliser sur des actions ponctuelles liées à l'écologie, l'économie solidaire ou les droits de l'homme, par le biais de pétitions électroniques. Le site web offre par ailleurs un espace de discussion. Alain Uguen, élu municipal Vert, initiateur et coordinateur de Cyber Acteurs explique.

Comment sont nés les Cyber Acteurs ?
C'est une histoire de réseaux. A l'origine, je suis secrétaire de la FEDEL, une fédération d'élus locaux pour une alternative écologiste, solidaire et citoyenne. J'anime par ailleurs un projet de portail sur le développement durable, ECOCYT. J'ai lancé un journal électronique interne, pour informer élus et acteurs du développement durable sur les initiatives alternatives. Il a été diffusé dans différents réseaux. En septembre, je reçois un message d'une élue qui reproche le manque d'engagement sur l'affaire du Timor : "On est timoré sur le Timor." J'ai alors trouvé un texte et l'adresse électronique de l'ambassade de France en Indonésie pour faire pression. Et j'ai balancé ça dans les réseaux.

Comment est organisée votre action ?
On a crée une association loi 1901, indépendante de la FEDEL, le but étant d'être ouvert à tous et de permettre à des citoyens de donner leur avis. Alors on travaille dans deux directions. On édite Cyber Actu, une publication aléatoirement hebdomadaire qui diffuse des informations provenant d'associations, d'élus ou de collectivités et des informations captées dans des listes de discussion.
Par ailleurs, on reprend des actions menées par des associations, on les met en forme, le principe étant d'interpeller des décideurs politiques ou économiques. Puis nous mettons à la disposition de ces actions un réseau de 8000 correspondants.

La cyberaction correspond à une démarche d'expression citoyenne. Pourquoi avoir choisi le net ?
C'est un outil qui est simple puisqu'on peut toucher 8000 personnes en une demi-journée, ça coûte vingt connexions. Avec une version papier, pour faire la même chose, il faudrait soit beaucoup de militants, soit beaucoup d'argent. Cet outil-là permet aussi à des gens qui ont envie de s'exprimer et qui n'ont pas forcément beaucoup de temps, de le faire. Le petit clic d'une souris peut avoir des conséquences qu'on ne soupçonne pas, alors il ne faut pas s'en priver.

Y a-t-il moyen de mesurer l'efficacité de la pression des cyber acteurs ?
On peut compter précisément le nombre de personnes qui ont participé à chaque action parce qu'il y a une adresse retour. Pour l'Erika, l'affaire est partie juste avant Noël, et on sait que Total a découvert 500 messages dès le lundi matin d'après Noël. Volontairement ou par saturation, leurs boîtes à lettres ont rapidement été bloquées. Pour Pinochet, Jack Straw a reconnu avoir reçu 70 000 messages, même s'ils n'émanaient pas tous de Cyber Acteurs. Quant à la pression réelle, elle n'est pas plus mesurable que celle des pétitions. Sans doute les cyber actions participent-elles à l'information des gens. Pour l'Erika, ça a contribué au succès de la manifestation de Nantes.
Pour le Somport, ça a participé à faire connaître la manif et il y a eu plus de gens cette année. La pétition "ne signez pas" que nous avons adressée à Dominique Voynet a dû la conforter pour défendre son projet sur la chasse.

Comment sélectionnez-vous les pétitions ? Quelles idées défendez-vous ?
Le principe est de défendre le développement durable à travers trois aspects : la protection de l'environnement, la citoyenneté (intervention dans le débat politique, relations Nord-Sud), et la défense des droits de l'homme. Ainsi, on a mené des actions sur l'Amazonie, Tchernobyl, Mumia Abu Jamal, la Tchétchénie, l'extrême-chasse… Les propositions de pétitions sont nombreuses mais on ne peut pas en balancer tous les jours, sinon ça sature.

Un dossier assez complet accompagne chaque pétition, d'où proviennent les informations ?
Cyber Acteurs ne fait pas les choses tout seul. Pour chaque action, il y a une association partenaire qui connaît bien le sujet, fournit les explications et suit les actions. Par exemple, pour Pinochet, nous avons repris un texte d'Amnesty. Sur l'Amazonie, on a travaillé avec Greenpeace Lille.

Vous travaillez actuellement à la constitution d'un réseau de consom'acteurs, de quoi s'agit-il ?
Le projet est de monter un réseau d'économie solidaire. On est dispersé en 36 000 petites associations et on est confronté à des lobbies qui, eux, se regroupent. L'idée est donc de se regrouper, d'essayer de faire sur le non alimentaire, ce que Biocoop (un groupement de coopératives d'alimentation biologique dans le cadre d'une charte de fonctionnement) a fait pour la bio, c'est-à-dire rassembler des associations locales différentes sous un même nom. On voudrait faire la promotion de tout ce qui est économie solidaire avec la création d'un portail Internet. Ce portail ferait connaître ce qui se fait ailleurs. Par le biais d'un annuaire, on pourrait répertorier les professionnels qui s'engagent sur une charte, et ainsi les faire connaître aux gens qui partagent les mêmes valeurs, pour les inciter à aller chez ces gens-là plutôt que chez le voisin qui va peut-être financer le Front National… Il s'agit donc de se mettre d'accord sur un nom que tout le monde diffuse et qui permette de retrouver les partenaires.

Contacts
CYBER ACTEURS
c/o Alain Uguen, 152 rue F. Pelloutier, 29000 Quimper
Tél : 02 98 90 49 34
Fax : 02 98 52 09 58
Alain.uguen@wanadoo.fr
http://www.cyberacteurs.org