Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #20 | HTTP / Transnationale.org

> C’EST BEAU LA VIE
+ La logique

> SOCIÉTÉ
+ Loïc Wacquant: "La sociologie en technicolor"
+ Triste pêche

> LITTÉRATURE
+ Marc Villard: Noire est ma couleur
+ Kevin Canty: Etranger en ce monde

> VOYAGE
+ Les eaux cachées du paradis

> PHOTO
+ Jane Evelyn Atwood: L’humanité des marges

> CINÉMA
+ Henri-François Imbert: Carnets de voyage

> MODE
+ Le Batik

> 4 LIVRES : 4 LIVRES ABSURDES
+ Georges Perec : Les Revenentes
+ Henri Michaux : Un certain Plume
+ Samuel Beckett : Oh les beaux jours
+ Pierre Desproges : Des femmes qui tombent

> BOUQUINERIE
+ Natacha Michel : Autobiographie
+ Rutu Modan : L’Assassin aux slips
+ Silvano Serventi & Françoise Sabban : Les pâtes
+ John Fante : Grosse faim, nouvelles 1932-1959
+ Dylan Horrocks : Hicksville
+ Bruno Blum : Lou Reed, Electric Dandy

> NOUVEAUX SONS
+ Bijan Chemirani : Gulistan/Jardin des roses
+ Max Nagl & Edward Gorey : The Evil Garden
+ Bardo Pond : Dilate
+ Cuong Vu : Pure
+ ABBC : Tête à tête
+ : Samba Soul 70!

> HTTP
+ Transnationale.org

> PLATES-FORMES
+ La librairie Alphagraph

> REVUES
+ La vache qui lit
+ Flblb, Fricassée de bandes dessinées

> ACTION
+ Survival: Pour les peuples indigènes

Par Eric Magnen.

Nestlé, Unilever, Monsanto, Danone, Mark & Spencer, Moulinex, Coca Cola... Autant d'entreprises sympathiques qui n'ont pour autre but que la louable vocation de rendre notre vie toujours plus agréable et joviale. Si la phrase qui précède n'emporte pas votre adhésion, si vous estimez notamment que le comportement de ces entreprises n'est pas forcément des plus respectables, Transnationale.org peut vous intéresser. Il s'agit en effet d'un site qui prône le consumérisme par l'information du consommateur.
Le premier constat que l'on fait lorsqu'on arrive sur la page d'accueil, c'est que le site est multilingue : pour l'instant en anglais, castillan, français et italien, il n'attend que des bonnes volontés pour traduire ses pages en de nouvelles langues. L'initiative mérite d'être soulignée, car trop de sites Web se contentent encore de proposer leur contenu dans une seule langue : qu'elle soit anglaise ou française, celle-ci limite d'emblée l'intérêt du site aux personnes qui en maîtrisent l'idiome. La vocation internationale de Transnationale.org est donc ici clairement affirmée : puisqu'on prétend combattre la mondialisation économique, autant s'adresser à un maximum de personnes à travers le monde, et dans une langue qu'ils comprennent : la leur. Parti pris assez folklorique à l'heure du tout-anglais, et donc parti pris à encourager vivement !
Cette précieuse base de données a vocation à s'enrichir au fur et à mesure que les contributions se multiplieront : les visiteurs sont en effet invités, s'ils disposent de données pouvant par exemple compléter la fiche d'une entreprise, à transmettre ces informations aux responsables du site, en indiquant la source de l'information. Ces nouvelles données sont ensuite vérifiées et validées par les auteurs du site, avant d'être publiées et de venir compléter les fiches existantes.
Quoiqu'encore incomplète, la base de données que constitue Transnationale.org est une véritable mine de renseignements. Des fiches sur de nombreuses entreprises y sont proposées, avec notamment pour chaque multinationale, une liste très complète des marques qui lui appartiennent. Plus aucune excuse, après cela, quand vous achèterez des knackis Herta en ignorant que la marque appartient à Nestlé. Vous pourrez ainsi désormais proposer à votre enfant, fourbu d'avoir fabriqué des barrages en bois sur le ruisseau toute la matinée, de véritables saucisses bio, qui l'enchanteront d'autant plus qu'il saura avoir échappé momentanément et comme par miracle au grand défilé des industries mondiales de l'agroalimentaire.
Bon, blague à part, cette démarche de boycott de telle marque et de sélection des marques de yaourts et de lessive que l'on consomme au gré des agissements des firmes qui les produisent peut faire sourire et même passer pour relativement puérile. Ce n'est en effet sûrement pas comme ça qu'on risque d'échapper à la normalisation des habitudes de consommation. L'idée même de prétendre s'abstraire du diktat de l'industrie en achetant une marque plutôt qu'une autre dit suffisamment le niveau d'aliénation dans lequel nous nous trouvons. Toujours est-il que l'état du monde étant ce qu'il est, cette petite dînette du valeureux consommateur est l'une des dernières armes dont il dispose pour orienter un tant soit peu sa consommation et donc sa vie, en instituant un rapport de forces, fût-il infime, avec les grandes firmes agroalimentaires. Pour aider le pauvre consommateur impuissant que nous sommes à nous y retrouver un petit peu dans le merveilleux monde qu'on nous prépare, le site propose plusieurs entrées : des textes de références (la Déclaration universelle des droits de l'Homme, le code du travail, les listes des paradis fiscaux ou des zones franches) ; des fiches individuelles sur les grandes entreprises ; une page de présentation de l'association Transnationale qui édite le site ; enfin, de nombreux dossiers. Souvent bien documentés, ils abordent des sujets aussi variés que la technique génétique Terminator, les hormones de croissance, l'agriculture bio, la guerre de la banane, les pavillons de complaisance, la déforestation du Brésil, le projet américain d'écoutes téléphoniques Echelon, l'entrisme des patrons d'entreprise dans les écoles, les multinationales des médias, les institutions européennes, l'OMC, la spéculation financière, le clonage humain, etc. Point commun de tous ces sujets : la désinformation dont ils font en général l'objet auprès du public. Le projet de Transnationale.org apparaît alors de la manière la plus évidente : il s'agit d'informer le citoyen, en lui apportant les données qu'il méconnaît trop souvent, faute de pouvoir éplucher les volumineux dossiers qui concernent toutes ces questions souvent assez techniques. D'où le caractère très factuel du site : on y apprendra quelles sont les firmes qui utilisent les paradis fiscaux, quelles sont les marques qui sont détenues par des multinationales qui licencient à tour de bras ou qui favorisent la pollution, etc. Après quoi, libre à chacun d'en tirer les conséquences et d'adapter ses habitudes de consommation en fonction de ces informations.
Graphisme - Agréable et original. Plutôt sobre, mais avec des petites touches de couleur ici et là. Le graphisme du site est à l'image de son propos : point de fioritures, soyons informatifs, et présentons les choses de manière claire.
Navigation - Le site s'articule autour de cinq rubriques principales : Accueil, Dossiers, Entreprises, Guides, Références, Association. Un moteur de recherche, fort utile, permet d'accéder directement aux nombreuses fiches consacrées aux entreprises.
L'association - Le site est publié par Transnationale, association française loi 1901 créée en octobre 1999 à Martigues (Bouches-du-Rhône). Les informations proposées sur le site peuvent être reproduites librement à des fins éducatives. On peut soutenir l'action de l'association en achetant le CD-Rom qui reproduit le contenu du site (328 francs, 164 francs pour les RMIstes, chômeurs et personnes non imposables).
Contact - e-mail : info@transnationale.org ; courrier : Association Transnationale, B.P. 96, 13693 Martigues Cedex.