Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #25 | Musique / Fanfares : Mardi Gras Brass Band

> C’EST BEAU LA VIE
+ Gros dégoûtants !

> PORTRAITS
+ Thierry Magnier : l’école buissonière
+ Alain et Philippe Jalladeau

> SOCIÉTÉ
+ Devant le miroir : la télévision en prison
+ Pierre Carles : Saboteur cathodique
+ Télévision citoyenne : état des lieux
+ John Paul Lepers

> BANDE DESSINÉE
+ Robert Crumb

> LITTÉRATURE
+ Annie Ernaux : Transfuge social

> VOYAGE
+ Voyage au bout de la douane

> PHOTO
+ Bernard Plossu : le regard amoureux

> MUSIQUE
+ Fanfares : Soul Flower Mononoke Summit
+ Fanfares : L’Occidentale de fanfare
+ Fanfares : Mardi Gras Brass Band

> 4 LIVRES : JEUNESSE
+ Barbara M. Joosse, Giselle Potter : Les Ailes du souvenir
+ Shel Silverstein : L’Arbre généreux
+ Katy Couprie et Antonin Louchard : A table !
+ Raymond Macherot : Chlorophylle à Coquefredouille

> BOUQUINERIE
+ Val Williams : Martin Parr
+ Pierre Maurel : Piñata
+ Dominique Auzel : Georges Rouquier : De Farrebique à Biquefarre
+ Hervé Guibert : Le Mausolée des amants – Journal 1976-1991
+ Bernard Friot : Folle
+ Laura Cottingham : Cherchez Claude Cahun

> NOUVEAUX SONS
+ Naked City : Live, volume 1: Knitting Factory 1989
+ Oxbow : An Evil Heat
+ Mahmoud Fadl : The Drummers of the Nile Go South
+ Solbakken : Zure Botoa
+ DAT Politics : Plug Plus
+ Deerhoof : Reveille

> REVUES
+ La Maison qui pue

> ACTION
+ Le Collectif anti-expulsions

Par Barbatrax.

Allemands mais Funky… ou Voodoo New Orleans Groove

A moins d'être le fils caché d'un certain Mac Rebennack et d'Allen Toussaint, ou d'avoir écumé les rues de la Nouvelle-Orléans dès son plus jeune âge, être né en Allemagne ne prédispose pas naturellement à devenir le chef d'un des marching bands les plus en vue ces temps-ci. Et pourquoi pas ?
Retour en arrière : un mur s'effondre et le Kraut Rock n'amuse plus le Docteur Wenz. Aucun rapport ? Aucun… Mais le Docteur en question laisse tout de même tomber Guru Guru (son groupe d'alors, plutôt arty punk planant ou bruitiste). Un voyage à New Orleans plus tard, retour à Manheim pour la mise en place du Mardi Gras Brass Band avec, déjà, le Révérend Krug armé de son sousaphone (on y revient bientôt à cet animal d'instrument). Un live est enregistré au Capitol en septembre 1994. Simple ébauche du groupe que l'on connaîtra plus tard. Si les musiciens sont restés les mêmes, si les ingrédients ont peu changé - un quart Funk, un quart Bayou (reprise du Jump Sturdy de Dr John), un quart Jazz, un quart Soul Food - la recette est encore peu digeste malgré de bons échanges entre la voix du Doc et le groove implacable des musiciens. C'est que pour que la soupe d'alligator soit délicieuse, il faut laisser macérer… longtemps…
Cinq ans plus tard, c'est prêt : un album tout vert sort en 1999 sur Hazelwood Records à Francfort. Alligator Soup pour tout le monde donc : 3… 4… tom basse, crécelle, caisse claire, cuivres rouillés non-identifiés, entrée du sousaphone du Révérend Krug (hélicon en français, énorme tuba pachydermique, désormais marque de fabrique du groupe), trompettes et saxophones très Tijuana… et le Doc Wenz nous entraîne rapidement "Down, down, down…" de sa voix en connexion Tom Waits/Dr John. Classe…
De ballades bastringues mélancoliques (Bittersweet) en revisitations de thèmes TV américains des sixties (Munster's Theme), The Shadows invitant Herb Alpert (Apache)… C'est la parade de rue façon quartier français et ça donne l'orientation des deux albums à venir : Supersmell et Zen Rodeo.
Puisque "3 est le numéro magique…" (dixit leur biographie officielle idiote sur le site http://www.mardigrasbb.com), arrivons-en à Zen Rodeo, dernier album en date. Plus que la somme des 2 précédents, c'est un condensé de leur goût immodéré pour la casbah hollywoodienne, le disco funk sinophile (Kung Fu Fighting, la cover de Carl Douglas, tube unique en 1974), encore et toujours l'influence vocale de Tom Waits, le thème d'une improbable série Z intitulée Bruce Lee en Arizona (?), les strip-teases salingues after hours (C M Lover)…
La voix du Doc plus crooner que jamais, le choix des samples et scratches toujours malins de DJ Mahmut ("Why would anyone want to kick around the most powerful, richest country in the history of the world…America ?!" en intro de Kung Fu Fighting ), la rythmique martiale lancée par le Révérend assouplie par les flûtes et cuivres… Machine à danser organique, humour scénique et graphique (ah ces pochettes dignes des meilleures affiches de films d'espionnage 70's…), élégance et énergie… Mardi Gras Brass Band, sur scène un régal (il faut voir le groupe chauffer la salle au milieu du public et terminer de la même façon : un vrai piège à guibolles), chez soi, ça marche aussi.