Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #3 | Société / Le nain de jardin, agitateur?

> C’EST BEAU LA VIE
+ Comment devenir riche

> SOCIÉTÉ
+ Benoît Delépine
+ S’informer sur l’information
+ L’abandon en France
+ Corps et contraintes
+ Le nain de jardin, agitateur?

> BANDE DESSINÉE
+ Olivier Josso et Laure Del Pino

> VOYAGE
+ Une autre Tunisie

> CINÉMA
+ Pierrick Sorin

> MUSIQUE
+ Asian Dub Foundation
+ Psychanalyse et paroles

> MÉTIER
+ Educatrice spécialisée

> NOUVELLE
+ Portrait de lectrices en marche
+ La peau de la vieille

> 4 LIVRES : INDIENS
+ Vikram Seth : Un garçon convenable
+ R.K. Narayan : Le Guide
+ Anita Desai : Le feu sur la montagne
+ Salman Rushdie : Les Versets Sataniques

> NOUVEAUX SONS
+ Dirty Three : Ocean Songs
+ Tortoise : TNT
+ Kreidler : Appareance and The Park
+ Chris & Carla : Swinger 500
+ The little Rabbits : Yeah!
+ Fun’da’mental : Erotic Terrorism
+ Badmarsh & Shri : Dancing Drums
+ Jay-Jay Johanson : Tatoo
+ Fajt/Meneses : Songs for the Drums

> JAMAIS TROP TARD
+ Eloge de la marâtre
+ Paris le jour, Paris la nuit
+ Le principe de Peter
+ Thomas Ott, Exit
+ De Crécy-Chomet, Priez pour nous
+ Blutch, Péplum

Par Morvandiau.

Si les nains de jardin constituent aujourd’hui un phénomène médiatique à la mode, du fait notamment des vols à répétition perpétrés à travers toute la France par le Front de Libération des Nains de Jardin (FLNJ), on peut aussi y voir un révélateur aussi subtil que pertinent des manières de faire et de penser au sein d’une société donnée. Politique, art, justice ou économie, il s’agirait d’un véritable révélateur social et culturel, concept issu de la sociologie et plus particulièrement de la microsociologie.

" Par exemple, explique Daniel Cueff, maître de conférence à l’université Rennes I, la dernière grève des routiers est un révélateur social : face à ce fait social, chacun a un avis très lié à sa façon de vivre. Le déséquilibre de la quotidienneté (transport, alimentation…) met à jour ce même quotidien et permet d’analyser, d’interpréter, de comprendre des comportements et de questionner les allants de soi. Ce révélateur met aussi en relief et au grand jour des problèmes, économiques par exemple, comme les flux tendus (en matière d’approvisionnement, gestion tendant à supprimer les stocks). Ceux-ci, outre le rapport au travail qu’ils induisent dans les entreprises, montrent la grande fragilité du système dès que la consommation, en tant que pratique éminemment dépendante de la psychologie et de la rationalité du consommateur, est en cause. Les entreprises sont à stock zéro alors que, dès qu’il y a crise, le consommateur se met, lui, à stocker.

Le révélateur est, on le voit, socialement pertinent en termes d’analyse à partir du moment où il est lui-même un fait socialement constitué, ce qui le différencie de l’agit-prop (agitation-propagande) fait artificiellement créé. "

Bon ben d’accord me direz-vous, c’est bien joli la sociologie, les routiers et les flux tendus, mais quel rapport avec les gnomes à bonnet qui ornent nos pelouses ?

Ne faisant pas la grève et restant tranquillement à l’endroit qu’on lui a choisi, le nain de jardin ne révèle effectivement rien. Outre les commentaires potentiels des voisins, qui demeurent de toute façon dans une sphère quasi-privée, aucune réaction n’est soulevée. Le nain de jardin en tant que révélateur, et c’est là sa particularité, se doit d’être " activé ", mis en valeur, pour prendre tout son sens.

" Il y a presque trois ans, poursuit Daniel Cueff, j’ai proposé l’organisation d’un festival international de nains de jardin au sein d’une commission d’élus à laquelle j’appartenais. Au départ, il s’agissait d’une initiative purement économique : nous souhaitions inventer une entreprise à vocation sociale, type entreprise d’insertion, avec des personnes dites en difficulté sociale sur la base de leurs passions et de leurs intérêts, le nain de jardin en l’occurrence. "

Ici, le nain de jardin " activé " s’avère un puissant révélateur puisque malgré les arguments de fiabilité, et bien qu’une ligne budgétaire ait été ouverte, le projet n’a pu aboutir. Car, oubliant pour un temps la présence avérée de nains dans les jardins de leurs communes, les membres de la commission s’inquiètent fort de l’image de marque qu’une telle manifestation risque à coup sûr de montrer. Délit de sale gueule donc pour le nain de jardin.

" J’ai été consterné par les réactions souvent individuelles de mépris qu’avaient la plupart des élus face à ce fait populaire que constitue le nain de jardin, se souvient Daniel Cueff. J’ai trouvé qu’il y avait là une condescendance, une confrontation des valeurs qui niait la culture populaire. "

C’est bien, en effet, cette hiérarchisation des valeurs qui est questionnée au sein de cette

exploration, a priori anecdotique, de l’univers du nain de jardin et des réactions qu’il suscite lorsqu’il est " activé ". C’est bien une forme de pensée unique, transversale aux différentes composantes de la société, qui est mise en cause.

Le traitement médiatique des frasques du FLNJ semble, à ce titre, éloquent : très majoritairement abordé sur le ton de l’humour et de l’ironie, il est intéressant de noter que tel vol de voiture ou tel acte de pickpocket seront suivis par les médias, et fort probablement par ceux qui les consomment, d’un oeil nettement moins rigolard, le délit de vol restant pourtant le même.

Et si cela s’arrêtait aux médias, qu’il est de bon ton de vilipender ! Mais les acteurs eux-mêmes, encagoulés du FNLJ, signifient, par différents communiqués et conférences de presse, que leurs actes, issus d’une blague de potaches, ne relèvent pas du vol (certains allant jusqu’à expliquer, d’un humour dont on ignore le degré, qu’ils rendent service aux ploucs en nettoyant leur jardin).

Cette attitude uniformisée et quelque peu méprisante, face à une réalité sociale et culturelle n’est-elle pas le signe de valeurs communément admises et donc prédominantes ?

Ceci dit, le nain de jardin/révélateur ne peut fonctionner qu’en lien avec la société et la culture dans lesquelles il est plongé. Ainsi, en France aujourd’hui, comme pour se démarquer d’une culture populaire qui, selon l’angle de vue, ferait honte ou ferait rire, affiche-t-on fréquemment un dédain rigolard, confortant, sans conteste, notre position dans le camp du bon goût, ou du moins dans celui que la majorité semble partager.

Et les valeurs évoluent avec le contexte.

Ainsi le nain de jardin en Allemagne change-t-il de statut avec la chute du mur de Berlin. La RDA de jadis voit dans le nain et dans le jardin qui l’abrite, un élément contraire aux préceptes communistes alors en vigueur. La production industrielle de nains sera donc, en Allemagne de l’est, tolérée mais ce uniquement pour l’exportation.

De la même manière, le nain de jardin peut questionner l’esthétique et, assimilé au kitsch, c’est-à-dire à une culture populaire de masse jugée de " mauvais goût ", bousculer bien des stéréotypes et notamment ceux de l’art contemporain et de sa fonction sociale supposée. Ainsi le " marché de l’art " connaît-il une composante qui, tout en discourant sur la culture populaire et ses vertus, ne fait qu’entériner cette hiérarchisation arbitraire des valeurs en reléguant, dans le meilleur des cas, le nain de jardin et la culture qu’il symbolise au rang de simple gag.

On le comprend, l’analyse de ce phénomène s’avère plus complexe qu’il peut y paraître au premier abord, les problématiques soulevées par le nain de jardin présentant plusieurs facettes (que dire, par exemple, de l’absence de naines de jardin ?)

Persévérant dans la valorisation de ce révélateur par l’organisation d’un congrès international, l’association Nains de jardin collecte peu à peu informations et témoignages mis à jour par ce projet qui se veut à la fois convivial et réflexif. Comme les remarques provoquées, ceux-ci s’affirment aussi nombreux qu’imprévisibles : membre d’un comité de labellisation des gîtes ruraux, une jeune femme explique ainsi comment, outre critères très positivement notés d’accueil, d’environnement, de sécurité etc., on a pu refuser le label pour cause de… nain de jardin. Le nain de jardin, agitateur ?