Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #4 | C’est beau la vie / Savoir-vivre

> C’EST BEAU LA VIE
+ Savoir-vivre

> SOCIÉTÉ
+ Noël Godin
+ L’angle mort
+ Développement pour tous (depuis la capitale du monde)
+ Roberto Di Cosmo
+ Les amis d’Ozenda

> VOYAGE
+ Prague

> MUSIQUE
+ Sloy

> MÉTIER
+ Sujet d’études médicales

> GRAPHISME
+ Frédéric Poincelet

> NOUVELLE
+ Le matin, en embrassant une chatte morte

> 4 LIVRES : MÉCONNUS DES CONNUS
+ John Steinbeck : Le Règne éphémère de Pépin IV
+ Louis-Ferdinand Céline : Casse-pipe
+ Mark Twain : Le voyage des innocents, un pique-nique dans l'Ancien Monde
+ Dostoïevski : L’éternel mari

> BOUQUINERIE
+ Michel Chaumet : MAIF - L'histoire d'un défi
+ Guy Hermet : La trahison démocratique
+ Mattoti/Piersanti : Stigmates
+ Grégoire Philonenko et Véronique Guienne : Au carrefour de l’exploitation
+ Émile Biasini : L’Afrique et nous
+ Rabaté : Ibicus
+ Lord Dunsany : Le Livre des merveilles

> NOUVEAUX SONS
+ The Jon Spencer Blues Explosion : Acme
+ Cat Power : Moon Pix
+ VVV : Endless
+ Fuck : Conduct
+ The Height of : Chalk and Water
+ Third Eye Foundation : You Guys Kill Me

> JAMAIS TROP TARD
+ Pour la poésie sonore

> C’EST ARRIVÉ PRèS DE MAINTENANT
+ Sophia
+ U.N.K.L.E

> REVUES
+ Hôpital brut
+ The New Internationalist

C’EST BEAU LA VIE / SAVOIR-VIVRE .

" Le savoir-vivre est la somme des interdits qui jalonnent la vie d'un être civilisé, c'est-à-dire coincé entre les règles du savoir-naître et celles du savoir-mourir. "
Pierre Desproges



Les origines

C'est au Moyen Âge qu'apparaissent les premiers traités de savoir-vivre, qui sont en général plus particulièrement destinés aux femmes. Le chastoiement des Dames leur explique la meilleure manière de se comporter : être propre, avoir les ongles courts, consommer anis, fenouil et cumin contre la mauvaise haleine, ne pas s'essuyer le nez à la nappe, éviter les baisers prolongés pendant les ébats amoureux qui " échauffent " la femme et accentuent la force de son haleine.

On lui explique aussi comment elle doit rire.
" Femme doit rire a bouche close,
car ce n'est mie bele chose
quant elle rit a gueule estandue,
trop semble estre large et fendue.
"
(Roman de la Rose)

Et comment elle doit s'exprimer...
" Je ne vous considère pas comme courtoise, vous qui avez prononcé le mot " couilles " qui est déplacé dans la bouche d'une courtoise jeune fille. "
(Roman de la Rose)


La table

Les conseils pour ce qui est des manières de table en disent long sur les pratiques en vigueur. La liste des attitudes inconvenantes et à éviter est assez imposante : se mettre les doigts dans le nez ou dans les oreilles, roter, se moucher avec les mains, plonger la main dans la sauce, s'essuyer la bouche ou le nez à la nappe, boire la bouche pleine, plonger la nourriture dans la salière, cracher sur la table...

" Il est malseant et peu honneste de soi gratter la teste à table et prendre au col ou au dos, pouls et puces ou autre vermine et la tuer devant les gens. "


Erasme

À la Renaissance, la situation s'améliore. Et, bien qu'on n'en arrive toujours pas au summum de la bienséance, on pense beaucoup plus à la manière dont on va être perçu. Certains se font poser des ventouses " sur la veine du fessier pour péter plus clair ", ce qui, vous en conviendrez, est de loin préférable.

Érasme définit lui aussi les grandes règles du savoir-vivre. " Avoir la morve au nez, c'est le fait d'un homme malpropre. " Il déplore " les gens qui barbouillent de gouttes d'urine les bords de leurs chausses et de leur pourpoint ou qui portent sur leur jabot, sur leurs manches, de sales incrustations, non de plâtre, mais de morve ou de crachats ". Il conseille aussi de " retenir les pets en compressant l'estomac " et d'éviter de " bouger d'avant en arrière sur votre chaise. Quiconque fait cela donne l'impression de péter ou d'essayer de péter en permanence ". Par contre, il ne faut pas avoir " peur de vomir si vous le devez. Car ce n'est pas de vomir mais de retenir le vomi dans la gorge qui est répugnant ".
Montaigne préconisait l'utilisation des doigts pour se moucher, estimant que l'on gâchait le linge fin à une si sale besogne. Et Érasme de nous expliquer comment procéder tout en respectant les règles élémentaires de la bienséance : " si l'on se mouche avec les deux doigts et qu'il tombe de la morve par terre, il convient de poser le pied dessus ". N'est-ce pas là preuve de grand raffinement ?


Nadine de Rotschild

Aujourd'hui, c'est elle la grande prêtresse du savoir-vivre, qui nous inonde de ses inestimables conseils.
Vous serez sans aucun doute heureux d'apprendre qu'en cas de repas de funérailles, celui-ci doit impérativement avoir lieu hors de la demeure du mort.
Il faut toujours presser le tube de dentifrice par le bas.
Sauf malformation du pied ou infirmité, les souliers à talons hauts font partie d'une tenue de ville correcte pour les femmes.
On porte les médailles sur la boutonnière ou le revers gauche du veston.
On enlève la pelure du saucisson avec le couteau et la fourchette.
On appelle toujours les domestiques par leur prénom.
Les macaronis se coupent avec la fourchette.
La cravate ne se glisse pas dans le pantalon.
Et puis vous prendrez bien soin d'appeler un ambassadeur " Excellence ".


Politiquement correct

Et bien sûr, ces dernières années, on a " inventé " le politiquement correct, sorte d'avatar particulièrement dégénéré du savoir-vivre. Le respect de l'Autre, qu'est censé promouvoir le savoir-vivre, se transforme en une hypocrisie malsaine où l'on n'ose plus appeler un chat un chat, dans un monde en plastique qui veut réécrire le Petit Chaperon Rouge et la Nativité. Mais en fait, tout ça n'est pas vraiment nouveau. Le grand Érasme, toujours en avance sur son temps, en fut le précurseur, lorsqu'il déclara : " C'est non seulement un outrage, mais une sottise que d'appeler borgne un borgne, boiteux un boiteux, louche un louche, et bâtard un bâtard " (les " afflictions " décrites relevant bien, elles, de leur temps). Aujourd'hui, Érasme parlerait d'enfant à parents issus de milieux socio-culturels hétérogènes, d'individu à mobilité chaotique, et de personne à vision latéralisée.
Cependant, il nous est possible de tirer parti du politiquement correct. Avec la présentation tronquée qu'il peut proposer de la réalité, il nous donne un avantage non négligeable : il nous aide à mieux décrypter la langue de bois et les doux euphémismes. Un exemple pratique ? Les petites annonces et ce qu'elles tentent de dissimuler.
pulpeuse / grosse
physique rassurant / gros
bon milieu socio-culturel / riche
très gentil / pas très beau
beaucoup de charme / pas très beau
sympa / pas très beau
cultivé / aime étaler ses connaissances
plus si affinités / relations sexuelles
détente / relations sexuelles
massage / relations sexuelles
relaxation / relations sexuelles
sens de la communication / parle beaucoup
sociable / parle beaucoup
idéaliste / irresponsable
spontané / irresponsable


Les étrangers

Eux, par contre, sont irrécupérables. C'est bien connu, ils manquent tous de savoir-vivre. Et malgré les efforts des professeurs ès bienséance de la planète, il est regrettable de constater qu'ils n'ont toujours pas compris les règles élémentaires de la politesse. Selon la langue, ce manque total de courtoisie s'exprime de diverses manières :
Je chie dans le lait de ta pute de mère (me cago en la leche de tu puta madre - Espagne)
Suce la chatte de ta mère (vai mamar na cona da tua mae - Portugal)
On t'a chié dans le cerveau ou quoi ? (Dir hat wohl jemand ins Gehirn geschissen - Allemagne)
Tu as le cul qui colle (Fedte rov - Danemark)
Va te faire enculer par un poisson (que te folle un pez - Espagne)