Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #12 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Les étrangers

> SOCIÉTÉ
+ Gabriel Cohn-Bendit
+ Histoires de famille
+ Act-Up

> BANDE DESSINÉE
+ Blanquet

> LITTÉRATURE
+ Christophe Honoré

> VOYAGE
+ Syrie

> NOUVELLE
+ Fatna
+ Le bon français

> 4 LIVRES : ETRANGERS
+ Joseph Conrad : Le Nègre du Narcisse
+ Andorra : Max Frisch
+ Derek Walcott : Le Royaume du fruit-étoile
+ Maurice G. Dantec : Babylon Babies

> BOUQUINERIE
+ Hans Christian Adam : Edward S. Curtis
+ Mohammed El-Bisatie : Derrière les arbres
+ Dominique Quessada : La Société de consommation de soi
+ Will Self : La Théorie quantitative de la démence
+ Tomamaso Campanella : La Cité du soleil
+ Thierry Smolderen et Jean-Philippe Bramanti : Mc Cay, la balançoire hantée

> NOUVEAUX SONS
+ De Kift : Vlaskoorts
+ Jose Serrano/Antonio "el Agujetas" : Dos gritos de libertad
+ Nick Cave : Two Lectures
+ Angola 70’s : 1972-1973 et 1974-1978
+ Charles Curtis : Ultra White Violet Light (2 LP)
+ Asian Dub Foundation : Community Music

> JAMAIS TROP TARD
+ Pour 4 Comics américains

> REVUES
+ Le matricule des anges
+ Le passant ordinaire

> ACTION
+ Association de Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest

Nouveaux sons

Angola 70’s : 1972-1973 et 1974-1978
Buda Musique, Mélodie

Après Angola 90's et Angola 60's, voici Angola 70's : la révolution culturelle. Deux volumes pour appréhender la musique urbaine d'Angola entre 1972-1973 et 1974-1978. Deux périodes importantes, l'une où l'explosion musicale converge vers l'affirmation du Semba de Luanda, l'autre où l'effervescence musicale révolutionnaire est suivie d'une reprise en main étatique qui mettra en danger certains musiciens. Mais pour le reste de cette histoire, je vous renvoie aux riches livrets qui conduiront vos pas à travers ces deux volumes. Côté musique, c'est le Semba qui demeure le langage moderne des groupes de quartier, à la fois chronique des scènes de la vie quotidienne et danses de divertissements venues du carnaval. Les percussions traditionnelles ont laissé place aux congas et à la batterie. La guitare électrique prend place de plus en plus pour se nourrir aux fleuves de la Rumba congolaise et zaïroise. Ce qui nous donne une musique aux couleurs multiples et aux accents parfumés, à l'image du champion Bonga ou du célèbre groupe Super Coba. Mais il ne faudrait pas oublier les Lamentos où chanson rime avec tristesse et générosité ; citons Antonio Paulino et Artur Adriano. Pour le deuxième volume, on conserve les mêmes bases portées par des chefs de groupes beaucoup plus engagés politiquement voire révolutionnaires. Il faudra choisir son camp, et certains y laisseront leur vie comme David Zé. Ce qui n'empêche pas cette musique d'évoluer et de s'enrichir de rythmes étrangers, comme le funk de James Brown. 73 minutes de plaisir pour terminer par une des plus belles voix du moment : celle de Belita Palma. Il vous sera difficile de faire l'impasse sur les autres volumes.

Claude Gouin.