Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #17 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Les toilettes

> SOCIÉTÉ
+ Le grand sommeil
+ Minirezo.net & Uzine2
+ Nous sommes tous des hooligans

> BANDE DESSINÉE
+ Willem

> LITTÉRATURE
+ La mémoire du polar

> VOYAGE
+ Derrière la tasse de café
+ Finlande

> MUSIQUE
+ Gunter Muller

> 4 LIVRES : PAYS NORDIQUES
+ Tove Jansson : Le Livre d’un été
+ Arto Paasilinna : Le Meunier hurlant
+ Knut Hamsun : La Faim
+ Torgny Lindgren : Le Chemin du serpent

> BOUQUINERIE
+ Jean Hatzfeld : Dans le nu de la vie, Récits des marais rwandais
+ François-Xavier Verschave : France-Afrique, le crime continue
+ Guy Debord : Rapport sur la construction des situations
+ Serge Latouche : La Planète uniforme
+ Angelika Taschen : Leni Riefenstahl - Cinq Vies. Une biographie en images
+ Marjane Satrapi : Persopolis

> NOUVEAUX SONS
+ Medeski, Martin & Wood : The Dropper
+ Pascals : Pascals
+ Cheval de frise :
+ Noël Simsolo : La Nouvelle Vague
+ The Fall : The Unutterable
+ Kyu : Voxyca
+ Puffball : The Super Commando
+ The Married Monk : R/O/C/K/Y

> PLATES-FORMES
+ Amok éditions

> REVUES
+ L’écologiste

> ACTION
+ Survie

Nouveaux sons

Medeski, Martin & Wood : The Dropper
Blue Note, EMI

Un jour de 1992, de l'autre côté de l'Atlantique, se rencontrèrent l'organiste John Medeski, le batteur Billy Martin et le bassiste Chris Wood. Ils décidèrent ensemble de former ce groupe qui allait porter leurs noms. Bonne idée leur prit. Il aurait suffit, en pareil moment, qu'un petit rien ne dérègle le bon déroulement de ces événements et huit ans plus tard, The Dropper n'aurait pas vu le jour. Ç'eut été dommage, parce qu'entre autres, nous aurions été privés d'un très bon disque. De Jazz. Cependant l'approche qu'en ont les trois musiciens est extrêmement particulière. Si le Jazz constitue la structure de base des compositions, MM&W emprunte aussi au Rock : le jeu du batteur n'est pas sans rappeler celui de Russel Simmins du Jon Spencer Blues Explosion, une frappe à la fois lourde et sonore, entremêlée de finesses et de contretemps. Le clavier et la basse sont eux directement inspirés de groove jazz-funk 70's. Ce disque est révélateur de ce que la technique peut donner de meilleur quand elle n'est pas utilisée comme tape à l'œil démonstratif mais avec circonspection et finesse. Enfin pour parfaire cette description, signalons que Medeski et Martin ont aussi joué avec les Lounge Lizards de John Lurie - autre grand illuminé, ouvrant lui aussi des perspectives nouvelles au Jazz.