Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #17 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Les toilettes

> SOCIÉTÉ
+ Le grand sommeil
+ Minirezo.net & Uzine2
+ Nous sommes tous des hooligans

> BANDE DESSINÉE
+ Willem

> LITTÉRATURE
+ La mémoire du polar

> VOYAGE
+ Derrière la tasse de café
+ Finlande

> MUSIQUE
+ Gunter Muller

> 4 LIVRES : PAYS NORDIQUES
+ Tove Jansson : Le Livre d’un été
+ Arto Paasilinna : Le Meunier hurlant
+ Knut Hamsun : La Faim
+ Torgny Lindgren : Le Chemin du serpent

> BOUQUINERIE
+ Jean Hatzfeld : Dans le nu de la vie, Récits des marais rwandais
+ François-Xavier Verschave : France-Afrique, le crime continue
+ Guy Debord : Rapport sur la construction des situations
+ Serge Latouche : La Planète uniforme
+ Angelika Taschen : Leni Riefenstahl - Cinq Vies. Une biographie en images
+ Marjane Satrapi : Persopolis

> NOUVEAUX SONS
+ Medeski, Martin & Wood : The Dropper
+ Pascals : Pascals
+ Cheval de frise :
+ Noël Simsolo : La Nouvelle Vague
+ The Fall : The Unutterable
+ Kyu : Voxyca
+ Puffball : The Super Commando
+ The Married Monk : R/O/C/K/Y

> PLATES-FORMES
+ Amok éditions

> REVUES
+ L’écologiste

> ACTION
+ Survie

Nouveaux sons

Kyu : Voxyca
Shoshin Sounds, Tripsichord

A l'instar de Hint, qui fut pendant quelques trop courtes années à la fois une référence en matière de musique mêlant machines et instruments analogiques, et fer de lance de la création musicale angevine et nationale, Kyu prend le relais en sortant ce somptueux album Voxyca. Mais la comparaison avec Hint s'arrête là, Kyu laissant le côté industriel de ces derniers pour une musique beaucoup plus atmosphérique et esthétique. Frôlant la pop sur certains morceaux, sans heureusement jamais tomber dedans, flirtant avec l'électro par l'utilisation systématique de boucles de mélodies synthétiques, c'est quand même la musique froide et étonnamment groove d'un groupe rock qu'il nous est donné d'écouter sur ce disque : l'omniprésence d'une structure basse-batterie le rappelle, en plus de la présence d'une guitare aérienne, minimaliste mais ô combien efficace, très peu utilisée en accords pleins et répétés (si ce n'est sur le morceau Barbares). Des samples, parfaitement choisis et ajustés aux compositions agrémentent l'ensemble - on y reconnaît entre autres un discours tiré d'une conférence de Hubert Reeves sur le titre qui ouvre l'album, préparant l'auditeur à un voyage dans de lointaines galaxies musicales. La voix en retrait du chanteur confirme cette ambiance. Cependant, les deux titres chantés en français surprennent, permettant abruptement de donner un sens à des morceaux que l'on écoute volontiers l'esprit ailleurs.