Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #18 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ L’environnement nuit gravement à la santé

> SOCIÉTÉ
+ Jacques Rossi
+ Tazmamart, cellule 10

> BANDE DESSINÉE
+ Rabaté

> VOYAGE
+ Aller-retours humanitaires
+ Chroniques du Bénin

> MUSIQUE
+ The Ex

> GRAPHISME
+ R de réel

> NOUVELLE
+ La baignoire

> 4 LIVRES : L’ENFERMEMENT
+ Hubert Selby Jr : La Geôle
+ Alberto Breccia et Hector Oesterheld : L’Eternaute
+ Jean Genet : Miracle de la rose
+ Nicolas Kieffer : Peau de lapin

> BOUQUINERIE
+ Hans Christian Adam : Eugène Atget : Paris
+ Michel Beaud : Le journal du basculement du monde
+ Robert Crumb : Miettes
+ George Orwell : Dans la dèche à Paris et à Londres
+ Joe Sacco : Gorazde
+ Michel Hansen, Paul Lannoye, Suzanne Pons, Gilles-Eric Seralini et Jean-Pierre Berlan : La guerre au vivant : OGM et mystifications scientifiques

> NOUVEAUX SONS
+ Charles Ives par Giorgio Morozzi : Sonata No.2 "Concord. Mass, 1840-1860
+ Oriental Fusion :
+ Voltaire : Candide ou l’optimisme
+ : Funk de luxe : 13 pure 70's french jazz-funk tracks
+ Chevreuil : Sport
+ Jean-Luc Godard / Thierry Jousse : Les Ecrans sonores de Jean-Luc Godard
+ Randy : The Human Atom Bombs
+ Q Or Not U : No Kill No Beep Beep

> REVUES
+ Vibrations
+ Pratiques : les cahiers de la médecine utopique

Nouveaux sons

: Funk de luxe : 13 pure 70's french jazz-funk tracks
Hutch production, Les disques superclasse

Pendant que nous autres, jeunes adultes nés dans les années 70, jouions aux billes en grignotant des pains au chocolat sous le préau de l'école en attendant les bénéfiques bandes musicales de Goldorak de 17 heures, pendant ce temps-là donc, les Français (une partie d'entre eux en tout cas) tortillaient leurs fesses pailletées au son de groupes funk hexagonaux ! Oui, nous avons aussi eu nos funky stars, la plupart blancs comme de l'aspirine, mais au groove particulièrement chaud et enlevé. Cette compilation à la pochette aussi loufoque que cohérente révèle, 25 ans après, de petits joyaux de french funky guys dont la volonté d'en découdre avec les basses rondes et les cuivres cinglants laisse cois de respect. La qualité des compositions, d'abord, est impressionnante puisqu'elles pourraient sans rougir pour la plupart appartenir à une compilation de funk, tout simplement. Les pinailleurs objecteront les audibles influences des séries B américaines ainsi qu'un son moins maîtrisé que les grosses pointures noires américaines de l'époque. N'oublions tout de même pas qu'entre 1974 et 1979, Giscard régnait sur les campagnes françaises et sur les safaris africains. Voilà donc une raison suffisante pour louer cette période où le sexe et la sueur frétillaient sans complexe avec une dose de kitsch et de déconnade funko-française parfaitement revendiquée. James Brown au château de Versailles est aujourd'hui chose possible.