Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #20 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ La logique

> SOCIÉTÉ
+ Loïc Wacquant: "La sociologie en technicolor"
+ Triste pêche

> LITTÉRATURE
+ Marc Villard: Noire est ma couleur
+ Kevin Canty: Etranger en ce monde

> VOYAGE
+ Les eaux cachées du paradis

> PHOTO
+ Jane Evelyn Atwood: L’humanité des marges

> CINÉMA
+ Henri-François Imbert: Carnets de voyage

> MODE
+ Le Batik

> 4 LIVRES : 4 LIVRES ABSURDES
+ Georges Perec : Les Revenentes
+ Henri Michaux : Un certain Plume
+ Samuel Beckett : Oh les beaux jours
+ Pierre Desproges : Des femmes qui tombent

> BOUQUINERIE
+ Natacha Michel : Autobiographie
+ Rutu Modan : L’Assassin aux slips
+ Silvano Serventi & Françoise Sabban : Les pâtes
+ John Fante : Grosse faim, nouvelles 1932-1959
+ Dylan Horrocks : Hicksville
+ Bruno Blum : Lou Reed, Electric Dandy

> NOUVEAUX SONS
+ Bijan Chemirani : Gulistan/Jardin des roses
+ Max Nagl & Edward Gorey : The Evil Garden
+ Bardo Pond : Dilate
+ Cuong Vu : Pure
+ ABBC : Tête à tête
+ : Samba Soul 70!

> HTTP
+ Transnationale.org

> PLATES-FORMES
+ La librairie Alphagraph

> REVUES
+ La vache qui lit
+ Flblb, Fricassée de bandes dessinées

> ACTION
+ Survival: Pour les peuples indigènes

4livres

Samuel Beckett : Oh les beaux jours
1963, Les éditions de minuit

Après plus de cinquante années passées sur cette planète, Winnie a appris le secret du bonheur : toujours sémillante, elle ne manque jamais une occasion de remercier le Bon Dieu de ses bienfaits. Certes, Willie, son compagnon de toujours, n'est pas vraiment l'interlocuteur idéal ; il ne l'écoute jamais, et même dans ses bons jours, il daigne à peine lui faire l'aumône de quelques borborygmes. Le reste du temps, il pionce, se mouche, épluche le journal, examine quelque photo cochonne et rampe jusqu'à une sorte de terrier où parfois il reste coincé.
Mais Winnie ne lui en tient pas rigueur. Il faut dire qu'elle ne manque pas de ressources : enterrée jusqu'aux nénés, puis jusqu'au cou dans un mamelon de terre aride, elle se trouve une foule d'occupations. Essuyer ses lunettes, se coiffer, se brosser les dents, mettre sa toque, l'enlever, farfouiller dans son cabas pour faire amoureusement l'inventaire des menus objets qu'il contient, tout cela l'aide à "tirer sa journée". Et surtout, pour conjurer l'ennui et la décrépitude qui menacent, pour peupler le vaste désert de son existence, elle se saoule de paroles plus ou moins décousues. Comme une poule dont on aurait tranché la tête, elle continue vaille que vaille, non à courir, mais à caqueter. Winnie ne se plaint jamais. Même si les souvenirs s'effilochent et si les mots la lâchent, même si elle constate la diminution inexorable du dentifrice et du rouge à lèvres dans leurs tubes, elle se réjouit de pouvoir vivre encore d'aussi merveilleuses journées. Heureuse, Winnie ? Hélas, dans le silence qui entrecoupe le ruissellement irraisonné des mots, dans sa hantise que quelque chose vienne troubler l'immuable et absurde routine, dans les rares moments de lucidité et de doute, on sent pointer une douloureuse fêlure.
Tragédies des existences manquées, des opportunités perdues, les pièces et les romans de Beckett nous montrent des humains semblables à nous-mêmes, emmurés dans des prisons consenties, étouffés par la sourdine des habitudes où ils se croient à l'abri des coups du sort, complices de ce destin frileux. "L'optimisme de Oh les beaux jours, dit Peter Brook, (1) n'est pas du courage, n'est pas une vertu ; il n'est que le principe qui rend Winnie aveugle à sa condition." Et même le langage, qui seul peut nous donner le sentiment d'exister, peut s'avérer n'être qu'un misérable écran de fumée.

(1) Peter Brook est un metteur en scène anglais contemporain. Il a également réalisé de nombreuses mises en scènes d'opéra.

Nicolas Baudet.

EXTRAIT

Acte I - Winnie, Willie.

Tu sais le rêve que je fais quelquefois ?(Un temps.) Le rêve que je fais quelquefois, Willie ?(Un temps.) Que tu viendras vivre de ce côté que je puisse te voir. (Un temps. Elle revient de face.) J'en serais transformée. (Un temps.) Méconnaissable. (Elle se tourne un peu vers lui) Ou seulement de temps en temps, que je me repaisse de toi. (Un temps. Elle revient de face.) Mais tu ne peux pas, je sais. (Elle baisse la tête) Je sais. (Un temps. Elle lève la tête.) Enfin - (elle regarde la brosse) - plus pour longtemps, Winnie - (elle regarde la brosse) - ça va sonner. (Le crâne chauve de Willie, partie postérieure, apparaît au-dessus de la pente du mamelon. Winnie regarde la brosse de plus près.) Solennellement garantie… (elle lève encore la tête)…comment c'était encore ? (La main de Willie réapparaît tenant le canotier qu'0elle ajuste sur le crâne, coquettement de biais, puis disparaît)…ah ! soie de porc ! (Un temps.) Qu'est-ce que c'est un porc, au juste ? (Un temps. Se tournant un peu vers Willie.) Qu'est-ce que c'est au juste, Willie, un porc ? (Un temps. Se tournant vers lui un peu plus, suppliante.) Willie, je t'en supplie, qu'est-ce que c'est, un porc ?
Un temps.
WILLIE - Cochon mâle châtré. (Winnie a une expression heureuse.) Elevé aux fins d'abattage.
(Winnie revient de face. L'expression heureuse augmente. Willie ouvre son journal, mains invisibles. Les pages jaunies viennent encadrer sa tête. Winnie regarde devant elle, expression toujours heureuse.)
WINNIE - Oh le beau jour encore que ça aura été, encore un ! (Un temps.) Malgré tout.(Fin de l'expression heureuse) Jusqu'ici.