Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #25 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Gros dégoûtants !

> PORTRAITS
+ Thierry Magnier : l’école buissonière
+ Alain et Philippe Jalladeau

> SOCIÉTÉ
+ Devant le miroir : la télévision en prison
+ Pierre Carles : Saboteur cathodique
+ Télévision citoyenne : état des lieux
+ John Paul Lepers

> BANDE DESSINÉE
+ Robert Crumb

> LITTÉRATURE
+ Annie Ernaux : Transfuge social

> VOYAGE
+ Voyage au bout de la douane

> PHOTO
+ Bernard Plossu : le regard amoureux

> MUSIQUE
+ Fanfares : Soul Flower Mononoke Summit
+ Fanfares : L’Occidentale de fanfare
+ Fanfares : Mardi Gras Brass Band

> 4 LIVRES : JEUNESSE
+ Barbara M. Joosse, Giselle Potter : Les Ailes du souvenir
+ Shel Silverstein : L’Arbre généreux
+ Katy Couprie et Antonin Louchard : A table !
+ Raymond Macherot : Chlorophylle à Coquefredouille

> BOUQUINERIE
+ Val Williams : Martin Parr
+ Pierre Maurel : Piñata
+ Dominique Auzel : Georges Rouquier : De Farrebique à Biquefarre
+ Hervé Guibert : Le Mausolée des amants – Journal 1976-1991
+ Bernard Friot : Folle
+ Laura Cottingham : Cherchez Claude Cahun

> NOUVEAUX SONS
+ Naked City : Live, volume 1: Knitting Factory 1989
+ Oxbow : An Evil Heat
+ Mahmoud Fadl : The Drummers of the Nile Go South
+ Solbakken : Zure Botoa
+ DAT Politics : Plug Plus
+ Deerhoof : Reveille

> REVUES
+ La Maison qui pue

> ACTION
+ Le Collectif anti-expulsions

Bouquinerie

Pierre Maurel : Piñata
Six pieds sous terre, 42 pages, 10,50 euros

Un nom énigmatique pour des histoires qui le sont tout autant : la piñata, élément central des fêtes traditionnelles mexicaines, est une coque de papier mâché emplie de friandises et suspendue à une corde, que l'on brise les yeux bandés à l'aide d'un bâton. On ne sait jamais à quel moment et comment la piñata délivrera ses surprises, et c'est pourquoi ce titre sied si bien à cet album. Pas de friandises pourtant dans les récits de Pierre Maurel, et pas de Mexique non plus. On est de l'autre côté de la frontière, en "Amérique", ces Etats-Unis qui fascinent et insupportent à la fois. Trois histoires distinctes dans cette piñata, qui se suivent mais ne se ressemblent pas. Un point commun ? La rue, la route. Les personnages se croisent, suivent leur propre chemin, se rejoignent, sans qu'il y ait vraiment de fin ni de commencement. On retrouve ici beaucoup des éléments qui ont formé le mythe des Etats-Unis : les jeux des enfants dans les rues de New York, parfois aussi cruels que les jeux des adultes, le road movie de la campagne à la ville d'un jeune en quête de fortune… L'écriture est d'ailleurs assez proche de la forme cinématographique. Flash-back, changements d'échelle (des aventures d'un petit garçon à celles de ses poux), la forme de narration peut surprendre dans les premières pages. Elle est pourtant très efficace. Le dessin de Pierre Maurel semble de plus s'adapter à chaque protagoniste (en témoigne le choix d'un style animalier pour la dernière série), et à chaque histoire. Histoires douces et amères, où le cynisme et la mort prennent une place importante. Le second récit, relatant une amitié improbable entre deux personnages tout aussi improbables, est particulièrement réussi. Piñata peut laisser perplexe à la première lecture, mais on y retourne avec plaisir.

Sophie Rétif.