Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #27 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Les voyages forment la jeunesse

> PORTRAITS
+ Kawai Kenji, musicien animé

> SOCIÉTÉ
+ Rony Brauman : L’Ethiopie, Arendt et moi
+ Yves Winkin vole au-dessus d'un nid de chercheurs

> LITTÉRATURE
+ Serge Rezvani,­ artiste pluridisciplinaire ­

> VOYAGE
+ Madagascar: de retour à antananarivo
+ Thaïlande : militantes à yadfon

> PHOTO
+ Song Chao, photographies au fond de la Chine

> CINÉMA
+ Fanta Regina Nacro, réalisatrice burkinabée

> NOUVELLE
+ Les sept jours décisifs de la vie de Maxime Padd

> TEXTO
+ Une journée comme les autres

> 4 LIVRES : 4 BANDES DESSINÉES AUTOBIOGRAPHIQUES
+ Olivier Josso : Douce confusion
+ Nakazawa Keiji : Hadashi no Gen
+ Joe Matt : Peep show
+ David Libens : De l’Autre Côté : Recto-Verso #1

> BOUQUINERIE
+ Ikeda Riyoko : La Rose de Versailles
+ François Maspero : Les abeilles et la guêpe
+ Taniguchi Jirô/Sekikawa Natsuo : Quartier lointain, tome 1/ Au temps de Botchan, tome 1
+ Soazig Aaron : Le Non de Klara
+ Martin Winckler : Les Miroirs de la vie – Histoire des séries américaines
+ Frédéric Pajak : Première partie

> NOUVEAUX SONS
+ André Minvielle & Serge Pey : Nous sommes cernés par les cibles
+ Calla : Televise
+ Ernst Reijseger & Franco d’Andrea : I Love You So Much it Hurts
+ Moller Plesset : Rather Drunk than Quantum
+ Spaceways Inc. : Version Soul

> ACTION
+ Lézards politiques

Nouveaux sons

Ernst Reijseger & Franco d’Andrea : I Love You So Much it Hurts
Winter&Winter, Harmonia Mundi

Le jazz européen nous offre parfois des instants magiques, quand deux pointures se croisent. Des solistes aux notes colorées qui bousculent leurs habitudes pour partir sur les chemins de l'improvisation.
Ernst Reijseger est un violoncelliste hollandais, tombé très tôt dans la marmite du free-jazz. Il cultive les rythmes, les timbres et les combinaisons multiples que lui donne son instrument pour en libérer des notes harmonieuses et des percussions abstraites. Franco d'Andrea est quant à lui une figure des aventures du jazz italien moderne et de la période avant-gardiste des années 60 avec le Modern Art Trio. Récemment, il a formé l'orchestre Eleven. Son jeu dépouillé et son swing, qui puise dans l'essence du blues, nous évoquent de longues ballades aux sommets intenses. Ils partagent un jazz sans étiquette, qui nous mène sur les hauteurs du Kilimandjaro tout en nous plongeant dans l'Italie lyrique et mélancolique. On apprend a réécouter le mariage étrange de ces deux instruments, le piano et le violoncelle, complices, qui, sous les doigts de la perfection, nous invitent sur des chemins inhabituels.
A noter la très belle pochette et le livret réalisé par la photographe Stefanie Schneider, qui dès la première image, suggère sa version du thème I Love you so Much it Hurts - que l'on pourrait traduire par Complex Eight voire Ma l'amore no.

Claude Gouin.