Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #28 |

> RENSEIGNEMENTS GÉNÉRAUX
+ L’oeil électrique vu de l’intérieur

> C’EST BEAU LA VIE
+ 30 millions d’amis

> PORTRAITS
+ Diego Gachassin

> SOCIÉTÉ
+ France - Algérie: A la recherche du temps perdu
+ Ce que donner veut dire
+ Enfants soldats, l’espoir de jours meilleurs à Goma

> LITTÉRATURE
+ Jean Debernard

> VOYAGE
+ Le retour de mon père
+ Oran: ma ville retrouvée

> PHOTO
+ Saudade
+ Sluban Klavdij, un pas de côté

> CINÉMA
+ Jonas Mékas, l’homme à la caméra

> MUSIQUE
+ Christophe Mora, militant hardcore

> 4 LIVRES :
+ Rachid Boudjedra : La Répudiation
+ Kateb Yacine : Nedjma
+ Mohammed Dib : La grande maison
+ Vincent Colonna, Chawki Amari, Virginie Brac, Rima Ghazil et Mohamed Kacimi : Alger, ville blanche sur fond noir

> BOUQUINERIE
+ Anaïs Nin : Une espionne dans la maison de l’amour
+ Charles Juliet : L’Autre Faim – Journal V 1989-1992
+ Nik Cohn : Anarchie au Royaume-Uni
+ Eric Monbel : Les angoisses de ma grand-mère
+ Patrick Bard : Transsibérien
+ Jean-Luc Porquet : Jacques Ellul – L’Homme qui avait (presque) tout prévu

> NOUVEAUX SONS
+ Albert Camus : L’étranger
+ Sicbay : Overreaction Time
+ Wergo 40 Years : Special Edition : Stockhausen, Cage, Ligeti, Rihm
+ Mansfield Tya :

> ACTION
+ L’oeil électrique

Nouveaux sons

Wergo 40 Years : Special Edition : Stockhausen, Cage, Ligeti, Rihm
Wergo, Harmonia Mundi

Cet éditeur allemand spécialisé dans la musique contemporaine depuis 1962, a fêté l'an dernier ses quarante années d'existence. Le coffret commémoratif comprend quatre disques, chacun consacré à un compositeur. Le tout est vendu à un prix abordable (environ trente euros). Les notes de livrets sont par contre insuffisantes et pas toujours traduites.
Le premier disque est consacré à Kontakte, pièce créée en 1960 par Karlheinz Stockhausen, compositeur allemand né en 1928. A l'époque, Stockhausen est reconnu comme compositeur sériel et développe sa propre vision de la musique électronique. Kontakte est une pièce mixte pour piano, percussions et sons électroniques, caractérisée par le renouvellement constant du matériau sonore ainsi que par l'introduction dans la composition de données aléatoires.
Le disque suivant est consacré à Roaratorio de John Cage (1912-1992). Roaratorio, sous titré Un cirque irlandais sur "Finnegans Wake", a été créé en 1979 et est une transposition sonore du récit de James Joyce. Cage, qui n'a cessé d'expérimenter par l'introduction de notions d'indétermination dans sa musique, rend hommage au poète irlandais en mettant en œuvre des moyens linguistiques et musicaux originaux. Il recrée le récit de Joyce par la lecture de mésostiches (poèmes construits sur le nom de James Joyce et en relation avec le texte), ainsi que par le mixage multi-pistes de fragments sonores constituant l'espace physique et imaginaire du récit, et enfin par l'emploi de musiques et de chansons irlandaises traditionnelles. Ce h?rspiel, fluide et serein, révèle à sa manière, les différents niveaux de conscience de l'œuvre de Joyce.
Le troisième disque est composé de différentes pièces instrumentales de Gy?rgy Ligeti, compositeur hongrois né en 1923. Il est une des figures qui échappa aux dogmes musicaux du vingtième siècle, créant des musiques se jouant des apparences et ironiques jusqu'à l'absurde. Ligeti ne néglige ni pastiches, ni effets grotesques ; pourtant on ne peut le taxer de gratuité : avec Le Grand macabre, opéra écrit dans les années soixante-dix, il exprime le drame d'une humanité ratée promise au néant. Avec les pièces ici présentes, Passacaglia ungherese, ou encore Continuum für cembalo, il fait preuve de curiosité quant aux musiques des Caraïbes et d'Afrique mais surtout de liberté et d'une grande inventivité.
Le dernier est consacré à Wolfgang Rihm. Né en 1952 en Allemagne, il a étudié entre autres avec Stockhausen. Les pièces sélectionnées ont pour particularité la relation du compositeur avec le peintre Kurt Kocherscheidt ; les deux hommes se sont réciproquement influencés dans leurs recherches. Rhim est aussi l'auteur de Etude d'après Séraphin inspirée par Antonin Artaud et d'une musique pour Hamlet-machine du dramaturge Heiner Müller.
Ce coffret n'est pas une anthologie, mais les trois premiers disques contiennent des œuvres clefs de la musique contemporaine. Le quatrième disque regroupe des pièces plus récentes, la preuve que ce label continue à soutenir la création.

Nicolas Franek.