Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #4 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Savoir-vivre

> SOCIÉTÉ
+ Noël Godin
+ L’angle mort
+ Développement pour tous (depuis la capitale du monde)
+ Roberto Di Cosmo
+ Les amis d’Ozenda

> VOYAGE
+ Prague

> MUSIQUE
+ Sloy

> MÉTIER
+ Sujet d’études médicales

> GRAPHISME
+ Frédéric Poincelet

> NOUVELLE
+ Le matin, en embrassant une chatte morte

> 4 LIVRES : MÉCONNUS DES CONNUS
+ John Steinbeck : Le Règne éphémère de Pépin IV
+ Louis-Ferdinand Céline : Casse-pipe
+ Mark Twain : Le voyage des innocents, un pique-nique dans l'Ancien Monde
+ Dostoïevski : L’éternel mari

> BOUQUINERIE
+ Michel Chaumet : MAIF - L'histoire d'un défi
+ Guy Hermet : La trahison démocratique
+ Mattoti/Piersanti : Stigmates
+ Grégoire Philonenko et Véronique Guienne : Au carrefour de l’exploitation
+ Émile Biasini : L’Afrique et nous
+ Rabaté : Ibicus
+ Lord Dunsany : Le Livre des merveilles

> NOUVEAUX SONS
+ The Jon Spencer Blues Explosion : Acme
+ Cat Power : Moon Pix
+ VVV : Endless
+ Fuck : Conduct
+ The Height of : Chalk and Water
+ Third Eye Foundation : You Guys Kill Me

> JAMAIS TROP TARD
+ Pour la poésie sonore

> C’EST ARRIVÉ PRèS DE MAINTENANT
+ Sophia
+ U.N.K.L.E

> REVUES
+ Hôpital brut
+ The New Internationalist

Nouveaux sons

Cat Power : Moon Pix
Matador, PIAS

La voix tremblante de Cat Power, pardon Chan Marshall n'a pas disparu, elle s'est même embellie, merci. Du larmoyant troisième album What would the community think (plaie de l'âme suppurante pour laquelle même Gérard Miller n'aurait pas trouvé de loghorrée-thérapie) la jeunesse suicidaire calme Thanatos dans un quatrième volet sonore plus brillant qu'espéré… Alors qu'on aurait pu craindre l'usante crise de technicité qui ronge les (petites et grandes) notoriétés, Cat Power prouve là qu'il sait bel et bien rassurer l'oreille, Jim White et Mick Turner (Dirty Three) veillant au grain.
Dès le premier titre (American Flag) en forme de révolution, les tensions refoulées sont expédiées dans la basse et le rythme, rappelant une seconde les délires vaguement trip-hop de certains contemporains (contemporains ?). On pose la douleur pour mieux la récupérer, en douceur. C'est la première fois que la musique de Cat Power lui colle si bien à la voix trouble, que les bruitages sont si à-propos. Remercions sûrement Jim White, que les relents flous des delirium noisy doivent excéder. L'accouchement douloureux a fini par être oublié, les plaies ont été cicatrisées… il est même à soupçonner l'usage d'un Narghilé longtemps dissimulé (Peking Saints) qui aurait allégé l'angoisse…
En fait, CQFD, il ne fait pas toujours nuit chez Cat Power, l'enfant de la peur a grandi, et sa musique aussi.