Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #4 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Savoir-vivre

> SOCIÉTÉ
+ Noël Godin
+ L’angle mort
+ Développement pour tous (depuis la capitale du monde)
+ Roberto Di Cosmo
+ Les amis d’Ozenda

> VOYAGE
+ Prague

> MUSIQUE
+ Sloy

> MÉTIER
+ Sujet d’études médicales

> GRAPHISME
+ Frédéric Poincelet

> NOUVELLE
+ Le matin, en embrassant une chatte morte

> 4 LIVRES : MÉCONNUS DES CONNUS
+ John Steinbeck : Le Règne éphémère de Pépin IV
+ Louis-Ferdinand Céline : Casse-pipe
+ Mark Twain : Le voyage des innocents, un pique-nique dans l'Ancien Monde
+ Dostoïevski : L’éternel mari

> BOUQUINERIE
+ Michel Chaumet : MAIF - L'histoire d'un défi
+ Guy Hermet : La trahison démocratique
+ Mattoti/Piersanti : Stigmates
+ Grégoire Philonenko et Véronique Guienne : Au carrefour de l’exploitation
+ Émile Biasini : L’Afrique et nous
+ Rabaté : Ibicus
+ Lord Dunsany : Le Livre des merveilles

> NOUVEAUX SONS
+ The Jon Spencer Blues Explosion : Acme
+ Cat Power : Moon Pix
+ VVV : Endless
+ Fuck : Conduct
+ The Height of : Chalk and Water
+ Third Eye Foundation : You Guys Kill Me

> JAMAIS TROP TARD
+ Pour la poésie sonore

> C’EST ARRIVÉ PRèS DE MAINTENANT
+ Sophia
+ U.N.K.L.E

> REVUES
+ Hôpital brut
+ The New Internationalist

Bouquinerie

Grégoire Philonenko et Véronique Guienne : Au carrefour de l’exploitation
Desclée de Brouwer

Il convient certes de se méfier des " témoignages ", où l'expérience d'un individu est utilisée pour établir des généralités. Cependant, l'histoire de Philonenko est une illustration très pertinente d'une forme d'exploitation moderne dans le travail... où l'exploité est un promoteur actif de sa propre exploitation. Avec l'exemple de sa propre (et brève) carrière dans un des groupes de la grande distribution en France (Carrefour en l'occurrence), Philonenko démonte avec efficacité un certain nombre de rouages de l'exploitation des temps modernes, de loin mieux orchestrée que celle, plus classique, de l'époque industrielle : pression liée à la peur du chômage, climat de concurrence et de surveillance mutuelle instauré entre les employés, neutralisation des syndicats, Big Brotherisme, et promotions à double tranchant (un peu plus de sous, beaucoup plus de boulot, beaucoup plus de pression, beaucoup plus d'heures travaillées et impayées). L'intérêt majeur est toutefois ailleurs : on a parfois l'impression de se retrouver dans un fonctionnement qui peut rappeler celui d'une secte, avec les techniques habituelles (lavage de cerveau par la répétition ad libitum de la phrase magique - " je positive ", désorientation par la privation d'heures de sommeil, création d'un sentiment d'appartenance à une " famille "). Plutôt une illustration qu'un élément d'analyse générale donc, mais un petit voyage fascinant dans un grand groupe moderne, où du " ils " qualifiant " les patrons ", le lexique est passé au " nous " de l'entreprise. Ainsi est assurée la participation active de l'employé à son exploitation.