Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #6 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Réussir dans la vie

> SOCIÉTÉ
+ Je t’aime, je te protège, je te tue
+ Théodore Monod
+ Yann Paranthoën
+ Moustic

> BANDE DESSINÉE
+ Vincent Vanoli

> VOYAGE
+ Nitassinan (notre terre)
+ A vélo au Viêt-Nam

> MÉTIER
+ Conteur théâtral

> NOUVELLE
+ Tout doit disparaître
+ Un grain de sable dans le sablier

> 4 LIVRES : VIêT-NAM
+ Duong Thu Huong : Histoire d’amour racontée avant l’aube
+ Duong Thu Huong : L’Île aux femmes
+ Nguyen Quang Thiêu : La Petite marchande de vermicelles
+ Nguyen Qang Lap : Fragments de vie en noir et blanc

> BOUQUINERIE
+ : Paroles de poilus, Lettres et carnets du front, 1914-1918
+ Gaulle Anthonioz : La Traversée de la nuit de Geneviève
+ Munoz et Charyn : Panna Maria
+ Tim Burton : La Triste fin du petit enfant huître et autres histoires
+ Wilhelm Hauff : Contes
+ Jacques Lacarrière : Les Évangiles des quenouilles

> NOUVEAUX SONS
+ Portishead : Roseland NYC Live
+ The Ex : Starters Alternators
+ BO : Les Kidnappeurs
+ Modest Mouse : The Lonesome Crowded West
+ Twenty Miles : I’m A Lucky Guy
+ BO : Chat noir, chat blanc

> C’EST ARRIVÉ PRèS DE MAINTENANT
+ Hint
+ Smog
+ Mathieu Boggaerts

> REVUES
+ Grains de sable
+ Abus dangereux

4livres

Nguyen Quang Thiêu : La Petite marchande de vermicelles
1998, Editions de l’aube

D'une beauté simple et attachante, les courts textes de ce recueil de nouvelles sont à l'image du titre, La petite marchande de vermicelles. Des histoires sur un monde de petites gens du peuple : étudiants, cultivateurs, familles vivant sur une barque, petits commerçants... tous habitants des villages qui se trouvent le long du fleuve Day, dans la campagne vietnamienne. Les situations, aussi anodines que dépaysantes (pour nous), se succèdent : demande en mariage sous les auspices des cadres du Comité populaire, utilisation d'une carcasse de bombe américaine comme gong puis comme container fourre-tout... Nguyen Quang Thiêu aime ces gens et leur quotidien, dont se nourrit chacun de ses textes. Il les évoque avec une sincérité et une tendresse de tous les instants. Mais il en profite avant tout pour développer un univers lyrique, parfois un peu kitsch, et parfois même onirique, où le rêve tient une place prépondérante, et où l'on découvrira peut être " le terrible secret des cheveux blancs de la vieille Nihm "...

Marc Babaud.

EXTRAIT

" Or, à cette époque là, un marché battait son plein : la recherche des ossements de soldats américains morts pendant la guerre. Monsieur Ba Nhuan avait entendu dire qu'un squelette de GI se vendait jusqu'à cinquante ou soixante-dix onces d'or - 2 500 à 3 000 dollars. La nuit, il en rêvait : mon Dieu ! si seulement il pouvait mettre la main sur une centaine de ces débris ! Il en tremblait, il en hurlait de bonheur...
Alors un jour, il a sauté le pas. Il a berné une famille qui émigrait aux Etats-Unis en leur refilant un tas d'ossements vietnamiens avec une plaque de GI pour les authentifier " américains ". L'affaire lui a rapporté trente onces d'or. Les jours suivants, tout de même, il a tressailli à chaque appel : ses clients avaient peut-être découvert la supercherie ? Ils allaient venir lui réclamer ce qu'ils avaient payé... Et la nuit, dès qu'il ouvrait un œil, il se précipitait sur son début de fortune, pour vérifier que c'était bien de l'or, du vrai, pas du faux comme son tas d'os...
Evidemment, mettre la main sur un squelette entier, qu'il soit vietnamien ou américain, n'était pas chose aisée. Il finit par aller, en douce, dans les cimetières de banlieue pour déterrer des cadavres, puis se procurait des plaques de soldats et fabriquait de faux dossiers, afin d'écouler sa marchandise. Lorsqu'il eut assez d'argent pour s'acheter une maison, il arrêta ses expéditions nocturnes. Désormais, c'était lui le Patron, celui qui paie les autres pour faire les sales besognes : violer les sépultures, chercher des plaques, trouver des débouchés. "