Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/magazine/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #21 | Nouvelle / Le lamantin

> C’EST BEAU LA VIE
+ Le poil

> SOCIÉTÉ
+ Identité basque et liberté
+ Guérilleros oubliés

> BANDE DESSINÉE
+ Jean-Christophe Menu

> LITTÉRATURE
+ Deux frères, un prix

> VOYAGE
+ Metlaoui, 50 degrés dans la carrière!

> PHOTO
+ Ganesh sur Seine
+ Lionel Boscher, le temps d’une image

> CINÉMA
+ Alain Guiraudie: Cinéma, rêve, réalité

> MUSIQUE
+ Fly Pan Am

> NOUVELLE
+ Le lamantin

> 4 LIVRES : 4 PRIX GONCOURT
+ Henri Barbusse : Le feu
+ Michel Tournier : Le Roi des aulnes
+ Marguerite Duras : L’amant
+ Jean-Jacques Schuhl : Ingrid Caven

> BOUQUINERIE
+ Iggy Pop : I need more
+ Laurent Martin : Le Canard Enchaîné, ou les fortunes de la vertu, histoire d’un journal satirique 1915-2000
+ Charles Hagen : Mary Ellen Mark
+ René Passet : Eloge du mondialisme par un "anti" présumé
+ : Best of Bizarre
+ Hassan Zébib (dit Daoud) : Des jours en trop

> NOUVEAUX SONS
+ Vincent Courtois, Marc Ducret et Dominique Pifarely : The Fitting Room
+ : Clouddead
+ 4Walls : ’and the world aint square’
+ Beulah : The Coast is Never Clear
+ The Birdwatcher : The Darkest Hour is Just Before Dawn
+ Prefuse 73 : Vocal Studies + Uprock Narratives
+ : ClubTricatel

> ACTION
+ Paysages de France

Par Norac.

Le saviez-vous ? Lorsque vous achetez de la viande, il y a une chance sur deux pour que ce soit du lamantin.
Ce produit est vendu sous l'appellation de vache marine, vache de mer, ou plus souvent de vache, aucune autre mention n'étant obligatoire dans la désignation du produit, sauf celle de lamantin dans le type de viande - mention portée en petit, à côté du cachet de l'inspection vétérinaire. Il en est de même pour le lait.

Le lamantin
Le lamantin est un mammifère marin de l'ordre des siréniens, du genre Trichechus. En anglais : Manatee.
Le lamantin est un grand mammifère au corps cylindrique et fusiforme aminci vers l'arrière, avec une tête massive sans oreilles externes. Son corps est terminé par une nageoire caudale disposée horizontalement. Ses yeux sont petits. Sa peau, très épaisse, est brun gris sur le dos et souvent recouverte d'algues. Les femelles portent une paire de mamelles pectorales et volumineuses, à l'origine de légendes les présentant comme des femmes transformées en animaux ou des "sirènes".
A la naissance, le petit lamantin pèse déjà 30 kg et mesure 1,2 mètre de long. A l'âge adulte, il fait entre 4 et 6 m, pour un poids de 900 à 1700 kg. Il vit en moyenne 30 ans avant abattage. Il pourrait aller jusqu'à 60 ou 70 ans, mais alors sa viande ne serait plus consommable. Non amphibie, il vit dans les estuaires, les fleuves, les lacs, et le long des côtes marines ; il se repose en se laissant flotter à la surface.
Herbivore, le lamantin broute de la laitue, des algues et des herbes aquatiques (jacinthes d'eau, nymphéas), qu'il saisit de ses nageoires, mais ce n'est pas pour autant un ruminant. Il consomme jusqu'à 15 % de son propre poids par jour, soit 250 kg dans les meilleurs cas. Bien que dépourvu de cordes vocales, il est capable d'émettre des ultrasons et quelques sons audibles, qui lui ont valu son nom original en espagnol : manati (lamenter).

Christophe Colomb et la découverte des lamantins
Lors de son premier voyage aux Amériques, Christophe Colomb mentionne dans son journal de bord avoir aperçu trois sirènes dressées dans l'eau, en janvier 1493. Plus tard, il se rendit compte qu'il s'agissait de lamantins, comme il en avait déjà rencontré sur les côtes d'Afrique. A cette époque, ils étaient fréquents dans les Amériques et en Afrique. En Asie, on trouvait le cousin du lamantin, le dugong. Des mésaventures d'Ulysse à l'Amérique du Sud, en passant par le Mali, le Niger, les lamantins étaient à l'origine de nombreuses légendes portant sur les sirènes : tapirs déchus, hommes ensorcelés, mauvais esprits, enchanteresses et naufrageuses, jeunes filles métamorphosées… les fables sont nombreuses et l'on peut se demander comment on peut confondre un lamantin et une femme, même en l'imaginant avec une queue de poisson. Et pourtant, de nombreux témoignages rapportent que les marins des fameux conquistadors se sont livrés à de nombreux abus sexuels sur ces inoffensives vaches marines… Dans les années suivantes, les équipages furent souvent nourris avec de la viande de lamantin, qui était également chassé pour sa peau, et ce, jusqu'en 1973 au Brésil. Classé parmi les espèces menacées par l'UICN (Union Internationale pour la Préservation de la Nature) qui est une institution de l'ONU, protégé par les accords de Washington concernant le commerce des espèces menacées, le lamantin était en voie d'extinction au début du nouveau millénaire.
M. Berger, de l'Université de Paris XV, historien et spécialiste du règne animal, précise : "A cette époque, ses principaux ennemis directs étaient l'homme (pris accidentellement dans les filets des pêcheurs, victime des bateaux de plaisance ou du braconnage …) et, dans une moindre mesure, les alligators. Mais il était surtout menacé par la disparition progressive des zones humides fragiles constituant son habitat, l'empoisonnement par le mercure de ses rivières en Amérique du Sud, par les pesticides au Nord…"

La résurrection
Sa survie, le lamantin la doit à Lamantis™, le consortium international de recherche appliquée aux sciences de la vie, créé dans le but de le sauver. Ses équipes se sont mobilisées sans relâche pour décrypter son code génétique, modifier certains de ses caractères afin de le rendre plus résistant au froid et aux nitrates, et d'augmenter sa masse musculaire. Après de multiples tests, croisements, sélections, inséminations, incubations, le lamantin nouveau était né et immédiatement breveté.
Pour le Professeur Cauchefer, responsable du service recherche et développement des laboratoires Lamantis™, le cycle est entièrement maîtrisé : "Il est désormais produit et reproduit en laboratoire à partir d'un seul type de semence. Notre firme propose une dizaine d'espèces différentes clonables sous licence, selon la production recherchée. Il est parfaitement adapté aux zones humides continentales apparues ces 50 dernières années en Europe en raison des modifications climatiques : deltas de la Seine, de la Tamise et du Pô, golfes de la Somme, de Hollande et Berlin".
Cette résurrection a eu lieu au bon moment : en moins de 50 ans, le lamantin s'est imposé et a entièrement remplacé les anciens cheptels de vaches terrestres dont le nombre chutait de façon alarmante : décimées par les épidémies d'ESB, les fièvres aphteuses, l'ebola-bovin, la consanguinité et surtout la méfiance des consommateurs. Aujourd'hui, le lamantin produit plus de 50 % de la viande consommée, 95 % du lait et des produits laitiers. La femelle du lamantin fournit plus de 45 litres de lait par jour grâce à une hormone de croissance laitière proposée par Lamantis™.
"Associée à certaines algues génétiquement modifiées, sa chair s'aromatise naturellement à différentes saveurs : herbes de Provence, moutarde, oignons, ketchup, mais aussi lapin, gibier, saumon pour la viande, chocolat, fraise, vanille, cola, bubble-gum pour le lait. D'autres parfums sont déjà à l'étude," nous annonce le Professeur Cauchefer, "mais ces informations sont protégées par le secret industriel." Une affaire à suivre donc.

Les opposants
Comme de nombreuses avancées technobiologiques, l'élevage des lamantins connaît quelques opposants. Ils dénoncent en vrac l'exploitation du lamantin par l'homme, les nouvelles technologies, le monopole industriel, le système agro-économique. Certains font référence aux mythes anciens, d'autres à la religion. On relève même l'existence d'une secte leur vouant un culte sans limites, ses adeptes passant leur temps dans une piscine à se gaver d'algues afin de ressembler à leurs idoles, leur gourou pèse 253 kg, est affublé d'une pseudo-queue et se fait appeler le "Dalaï Lamantin". Un autre mouvement, dont les membres portent en permanence un petit bonnet rouge, prétend que la survie des mammifères marins est menacée… M. Lamarche, responsable de la communication chez Lamantis™ répond à ces accusations : "Cela ne semble pas sérieux quand on sait qu'il n'y avait plus que 3500 lamantins "sauvages" avant le développement des élevages, et que maintenant leur nombre avoisine les 2 780 000 000 - sans compter ceux de la République Spectaculaire de Chine." Un autre reproche concernant les élevages est parfois adressé à la société, il précise : "Rappelons que l'élevage des lamantins par des particuliers, comme le demandent certains paléo-paysans, est techniquement impossible (il réclame en effet une formation spécifique afin de maîtriser la subtile et savante science diététique spécifique aux lamantins), serait commercialement non rentable et est, de toute façon, protégé par un brevet exclusif." C'est pourquoi cet élevage est entièrement réalisé par Lamantoos® (une filiale de Lamantis™) et les centres agréés.
L'avenir du petit lamantin semble bien assuré : un cyberfilm serait en préparation, ainsi qu'un jeu, une ligne de prêt-à-porter, des cosmétiques, sans parler de nombreux produits agroalimentaires, tous plus surprenants les uns que les autres. Avez-vous déjà goûté au dernier-né des festins au lamantin : le gratin de lamantin aux endivines® à la sauce champagnee® ? Non ? Quel dommage… alors cliquez ici et vous serez directement livrés ce soir. Bon appétit !