Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/magazine/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #23 | Photo / Morlanne

> C’EST BEAU LA VIE
+ Tant qu’on a la santé

> SOCIÉTÉ
+ Dominique Quessada
+ Israël- Palestine: N’habite plus à l’adresse indiquée

> LITTÉRATURE
+ Les éditions de minuit, une aventure littéraire

> VOYAGE
+ Pérou, au-delà de la danse

> PHOTO
+ Morlanne

> CINÉMA
+ Agnès Varda

> MUSIQUE
+ Mogwai

> NOUVELLE
+ Wezonloo

> 4 LIVRES : MALADIES
+ Niklas Rådström, illustré par Bruno Heitz : Robert
+ Georges Bernanos : Journal d’un curé de campagne
+ Annie Ernaux : "Je ne suis pas sortie de ma nuit"
+ Fritz Zorn : Mars
+ Colum Mc Cann : La Rivière de l’Exil

> BOUQUINERIE
+ Michael Ackerman : Fiction
+ Louis-René Des Forêts : Pas à Pas jusqu’au dernier
+ Frederik Peeters : Pilules bleues
+ Collectif : Egalité sans frontière
+ Collectif : L’Asie à Hollywood
+ Chris Salewicz & Adrian Boot : Reggae explosion, histoire des musiques de Jamaïque

> NOUVEAUX SONS
+ Farafina : Kanou
+ De Kift : Koper
+ Albert Marcoeur :
+ Abstrackt Keal Agram :
+ Bumblebees : KHI

> JAMAIS TROP TARD
+ Le rock de Chicago des années 90

> REVUES
+ 813
+ Stalker

> ACTION
+ Mix-cité

Par Anne-Laure Guillet, Cédric Martigny, Emmanuel Latourrette.
Photos : Cédric Martigny.

Morlanne et ses 400 habitants sont coincés entre le Béarn et les Landes. Le village est apparu au Moyen Age, lorsqu'un château, puis une petite communauté s'installèrent sur une hauteur de la plaine du Nay.
Neuf cent ans plus tard, après les décennies de désertification rurale, les premières familles réinvestissent le bourg dans les années 1990. Poussées par un fantasme communautaire, elles fuient la ville en quête d'un idéal campagnard et tentent de reproduire une communauté de principe, avec la création d'associations, l'instauration de relations de bon voisinage… Deux communautés se croisent désormais : celle des derniers agriculteurs et des retraités d'un artisanat obsolète et celle des néos-ruraux. Seuls les mariages et les fêtes du village restent une occasion de vivre ensemble.
Autrefois centre commercial actif, aujourd'hui figée dans une politique de conservation patrimoniale, Morlanne est choisie pour ses qualités esthétiques : le village médiéval constitue un pittoresque décor de fins de journée et de week-end. Morlanne, victime de sa joliesse, vit l'avènement d'une ère de loisirs.
J'ai choisi de recueillir ce qui reste de la communauté traditionnelle : des individus dont les existences ont été accompagnées par le village. Un endroit suspendu hors du temps et des événements, Morlanne comme une présence pesante. Il ne s'agit que de relever les traces d'un monde qui laisse doucement la place à un autre...
Le reportage a été réalisé entre octobre 1998 et août 2001. Ces images ont été glanées au fil du temps, des rencontres et du hasard. Cette vision incomplète et fragmentaire d'un village fixe les traces d'un monde passager, cherche le mythe d'une vie à la campagne encore possible.
L'appareil photographique, le "boîtier de la mélancolie" qui découpe le temps, le multiplie avec frénésie, invente ces instants mémorables seuls capables de rendre visible le moment où l'on se tient encore debout. La photographie est affaire de mort et Jeanne, la doyenne du village, me l'avait dit : "On vous photographie et on puis vous tue, voilà !"