Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/magazine/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #12 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Les étrangers

> SOCIÉTÉ
+ Gabriel Cohn-Bendit
+ Histoires de famille
+ Act-Up

> BANDE DESSINÉE
+ Blanquet

> LITTÉRATURE
+ Christophe Honoré

> VOYAGE
+ Syrie

> NOUVELLE
+ Fatna
+ Le bon français

> 4 LIVRES : ETRANGERS
+ Joseph Conrad : Le Nègre du Narcisse
+ Andorra : Max Frisch
+ Derek Walcott : Le Royaume du fruit-étoile
+ Maurice G. Dantec : Babylon Babies

> BOUQUINERIE
+ Hans Christian Adam : Edward S. Curtis
+ Mohammed El-Bisatie : Derrière les arbres
+ Dominique Quessada : La Société de consommation de soi
+ Will Self : La Théorie quantitative de la démence
+ Tomamaso Campanella : La Cité du soleil
+ Thierry Smolderen et Jean-Philippe Bramanti : Mc Cay, la balançoire hantée

> NOUVEAUX SONS
+ De Kift : Vlaskoorts
+ Jose Serrano/Antonio "el Agujetas" : Dos gritos de libertad
+ Nick Cave : Two Lectures
+ Angola 70’s : 1972-1973 et 1974-1978
+ Charles Curtis : Ultra White Violet Light (2 LP)
+ Asian Dub Foundation : Community Music

> JAMAIS TROP TARD
+ Pour 4 Comics américains

> REVUES
+ Le matricule des anges
+ Le passant ordinaire

> ACTION
+ Association de Contrôle de la Radioactivité dans l’Ouest

Bouquinerie

Mohammed El-Bisatie : Derrière les arbres
Actes Sud, 126 pages, 99 francs

"L'homme prend sa femme en flagrant délit ; un an de prison, six mois… Ou l'acquittement." Voilà la législation qui régit, dans l'Egypte en guerre à Suez, les "crimes d'honneur". Un homme, baigné dans le culte de la virilité, ne peut alors hésiter à tuer sa femme, sous peine d'être la risée de ses voisins. Tout commence par une poursuite. Un halètement. Puis, doucement, le souffle revient. A grandes goulées, nous prenons le temps de faire connaissance avec le passé douloureux des êtres qui sont mêlés à cette chasse : Antar, élevé à coups de pieds au cul et de bouts de pain jetés sur un paillasson, Saadeyya et Amir qui doivent mourir, Moussad le mari et les autres. Dans ce livre subtil, Mohammed El-Bisatie explore un quotidien d'une sensualité venimeuse. Un tissu froissé, "des mules laissant apparaître des talons roses et propres", sont autant d'étincelles qui trahissent les désirs inassouvis. La vie se balance au gré des entrées et des sorties du foyer. Au pas de la porte, Moussad et Saadeyya se changent comme les prisonniers lorsqu'ils passent le seuil de la prison et rejoignent leur cellule. Tout contact physique est difficile dans ce coin reculé où les individus sont unis par les lois sacrées de l'autorité. En nimbant ses personnages d'une douce tristesse, l'auteur déroule des histoires qui suffisent pour dénoncer la violence des rapports sociaux : les femmes passent d'une autorité à une autre et les hommes ne connaissent avec elles que des ébats fuyants. Leur souffrance et leur extraordinaire acceptation nous anesthésient. Aucune plainte. Juste le silence.

Lise Pinoit.