Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/magazine/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #21 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Le poil

> SOCIÉTÉ
+ Identité basque et liberté
+ Guérilleros oubliés

> BANDE DESSINÉE
+ Jean-Christophe Menu

> LITTÉRATURE
+ Deux frères, un prix

> VOYAGE
+ Metlaoui, 50 degrés dans la carrière!

> PHOTO
+ Ganesh sur Seine
+ Lionel Boscher, le temps d’une image

> CINÉMA
+ Alain Guiraudie: Cinéma, rêve, réalité

> MUSIQUE
+ Fly Pan Am

> NOUVELLE
+ Le lamantin

> 4 LIVRES : 4 PRIX GONCOURT
+ Henri Barbusse : Le feu
+ Michel Tournier : Le Roi des aulnes
+ Marguerite Duras : L’amant
+ Jean-Jacques Schuhl : Ingrid Caven

> BOUQUINERIE
+ Iggy Pop : I need more
+ Laurent Martin : Le Canard Enchaîné, ou les fortunes de la vertu, histoire d’un journal satirique 1915-2000
+ Charles Hagen : Mary Ellen Mark
+ René Passet : Eloge du mondialisme par un "anti" présumé
+ : Best of Bizarre
+ Hassan Zébib (dit Daoud) : Des jours en trop

> NOUVEAUX SONS
+ Vincent Courtois, Marc Ducret et Dominique Pifarely : The Fitting Room
+ : Clouddead
+ 4Walls : ’and the world aint square’
+ Beulah : The Coast is Never Clear
+ The Birdwatcher : The Darkest Hour is Just Before Dawn
+ Prefuse 73 : Vocal Studies + Uprock Narratives
+ : ClubTricatel

> ACTION
+ Paysages de France

Nouveaux sons

Prefuse 73 : Vocal Studies + Uprock Narratives
Warp, Source

Etrange pochette que celle de Prefuse 73, alias Scott Herren, bricolorap officiant sous de nombreuses identités. Etrange aussi cette musique qui, dès les premières mesures, donne l'impression de sonorités connues. Prefuse 73 est une sorte de laboratoire sonore, comme si un vieux savant, érudit en hip-hop et fou de machines biscornues avait branché tous ses outils sur le fruit de longues années d'amoncellements sonores. Confiant en la qualité de ses archives, son laboratoire fumant et hoquetant au gré de beats dissymétriques, le savant Scott mélange et triture sa matière et construit. Au gré des trouvailles et des découvertes, émerge un album à lire comme une suite de mondes. Bercé par un appareillage mécanique chaotique, huilé aux samples de voix et graissé à l'ingéniosité, ce disque est le produit d'un long filtrage musical. Ce qui en ressort est un élixir, hymne tranquille à la biosphère hip-hop. Cela pourrait également être une bande sonore de film : les mélodies sont discrètes et font la part belle à des atmosphères élégamment soutenues par une rythmique hypnotique. Certains morceaux font penser à la musique du film Ghost Dog : étranges et planants, humbles mais entêtants. Bidouillages robotiques et hasards de rencontres "bruitistes", le tout résolument imbibé d'un son hip-hop des plus convaincants, Prefuse 73 est une autre galaxie musicale.