Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/magazine/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #26 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Joyeux Noël!

> PORTRAITS
+ Muriel Blat

> SOCIÉTÉ
+ Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence
+ Johanna Siméant, sociologue de l’humanitaire

> BANDE DESSINÉE
+ Cizo et Winshluss

> VOYAGE
+ Damaraland, Namibia

> PHOTO
+ Le moi dans tous ses états

> CINÉMA
+ Wu xia pian, le western chinois

> MUSIQUE
+ Orchestre National de Barbès

> NOUVELLE
+ Développez votre peuple !

> 4 LIVRES : AUTOPORTRAIT
+ Dieter Appelt : Morts et résurrections de Dieter Appelt
+ Francesca Woodman : Monographie
+ Sophie Calle : Doubles-Jeux
+ Tseng Kwong Chi : The Expeditionary Works

> BOUQUINERIE
+ Bernard Friot : Folle
+ Philippe Squarzoni : Garduno, en temps de paix
+ Sebastian Haffner : Histoire d’un Allemand, souvenirs 1914-1933
+ Raphaële Vidaling : Plusieurs fois par moi
+ Jochen Gerner : TNT en Amérique
+ Nâzim Hikmet : La Vie est belle, mon vieux

> NOUVEAUX SONS
+ Pascal Comelade : Psicotic music’ hall
+ Deerhoof : Reveille
+ Nguyên Lê : Purple – Celebrating Jimi Hendrix
+ Weird War :
+ V/Vm : Sometimes, Good Things Happen v1.1 et v1.2

> REVUES
+ Tausend Augen

> ACTION
+ Le mystère sténopé

Bouquinerie

Sebastian Haffner : Histoire d’un Allemand, souvenirs 1914-1933
Actes Sud – un endroit où aller, 364 pages, 20,90 euros

Sebastian Haffner, historien allemand réputé, est mort en 1999, laissant derrière lui, non publié, ce texte limpide écrit en 1939, alors qu'il était exilé à Londres. D'une plume concise et précise il nous raconte son "bildungsroman" (roman d'éducation) : sa jeunesse berlinoise dans les années 20. Les années d'après-guerre, cette grande guerre que toute une génération de petits garçons a vécue comme un gigantesque jeu ; or "la génération nazie proprement dite est née entre 1900 et 1910. Ce sont les enfants qui ont vécu la guerre comme un grand jeu, sans être le moins du monde perturbés par sa réalité." En 1923, passe un illuminé fantoche, qu'on croit fini après son putsch manqué : Adolf Hitler. Pourtant la société montre des signes inquiétants : l'importance démesurée accordée aux manifestations sportives, l'assassinat de Rathenau (Ministre des Affaires étrangères) en 1922, puis la disparition en 1929 de Streseman (Chancelier puis Ministre des Affaires étrangères), laissant les Allemands vulnérables. Progressivement l'idéologie s'insinue dans le pays. Haffner voit avec stupéfaction un organe de presse dont il a été proche, être gangrené par les théories brunes. Il lui est de plus en plus difficile de se réfugier dans le travail, les amis, les valeurs auxquelles lui et ses proches continuent de croire - car leur vie privée est envahie par l'Histoire. Inéluctablement semble-t-il, les Nazis assoient leur pouvoir délétère.
A lire ce passionnant récit, raconté sans ce recul qui est le nôtre lorsque nous nous permettons de juger les Allemands d'alors, on n'évite pas cette question lancinante : comment une idéologie aussi brutale et extrémiste a-t-elle pu prendre racine ? L'humiliation de la défaite, la crise économique, une certaine fragilité démocratique : autant d'explications qui ne nous ôtent pas de la bouche le "pourquoi". Cette part de mystère précisément est ce qui nous glace. Si cela a été possible, un jour, en Allemagne…