Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/magazine/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #26 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Joyeux Noël!

> PORTRAITS
+ Muriel Blat

> SOCIÉTÉ
+ Les Sœurs de la Perpétuelle Indulgence
+ Johanna Siméant, sociologue de l’humanitaire

> BANDE DESSINÉE
+ Cizo et Winshluss

> VOYAGE
+ Damaraland, Namibia

> PHOTO
+ Le moi dans tous ses états

> CINÉMA
+ Wu xia pian, le western chinois

> MUSIQUE
+ Orchestre National de Barbès

> NOUVELLE
+ Développez votre peuple !

> 4 LIVRES : AUTOPORTRAIT
+ Dieter Appelt : Morts et résurrections de Dieter Appelt
+ Francesca Woodman : Monographie
+ Sophie Calle : Doubles-Jeux
+ Tseng Kwong Chi : The Expeditionary Works

> BOUQUINERIE
+ Bernard Friot : Folle
+ Philippe Squarzoni : Garduno, en temps de paix
+ Sebastian Haffner : Histoire d’un Allemand, souvenirs 1914-1933
+ Raphaële Vidaling : Plusieurs fois par moi
+ Jochen Gerner : TNT en Amérique
+ Nâzim Hikmet : La Vie est belle, mon vieux

> NOUVEAUX SONS
+ Pascal Comelade : Psicotic music’ hall
+ Deerhoof : Reveille
+ Nguyên Lê : Purple – Celebrating Jimi Hendrix
+ Weird War :
+ V/Vm : Sometimes, Good Things Happen v1.1 et v1.2

> REVUES
+ Tausend Augen

> ACTION
+ Le mystère sténopé

Nouveaux sons

Weird War :
Domino, PIAS

Sur le terreau encore fumant des défunts Royal Trux et des regrettés Make Up vient de germer une nouvelle pousse plutôt prometteuse. Et cela-même au moment où tout espoir semblait perdu : Jon Spencer les pieds enfouis dans le bourbier immonde du rock graisseux, et l'attention générale braquée sur la hype - en ce moment occupée à miser ses dollars sur tout ce qui a trait aux années 80 - l'immortel phœnix rock'n'roll renaît de ses cendres et vient planer au-dessus de nos têtes sous le nom de Weird War. Le frisson de retour, mis en musique par ce quintet d'influence sixties dans lequel on retrouve donc des membres de Make Up. A savoir : Ian Svenonius, chanteur braillard et bavard à la chaleur de timbre unique, et Michelle Mae, comparse de longue date et bassiste iconographique. Face à cette force de frappe impressionnante, Neil Hagerty, de nouveau dans un groupe depuis son expérience solo débutée à la suite de la panne d'essence de Royal Trux, dans le rôle de clef de voûte : grain de sable dans la machine, détournant le projet de la route de la facilité, du déjà-vu. Et pour parfaire à la délicate et originale alchimie, nos trois pointures ont su s'entourer de deux seconds couteaux bien aiguisés : Steve McCarty et Jessica Espeleta, respectivement à la batterie et à la guitare. A l'arrivée : une demi-heure de rock'n'roll, treize morceaux, et un premier essai plus que concluant pour la nouvelle bande à Svenonius.