Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/magazine/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #7 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Bien dans sa peau

> SOCIÉTÉ
+ OGM: privatisation du vivant
+ Révolutions quotidiennes
+ Daniel Mermet

> BANDE DESSINÉE
+ Le journal de Judith et Marinette

> LITTÉRATURE
+ Jean-Bernard Pouy

> VOYAGE
+ A l’ouest de Denver
+ Colombie

> PHOTO
+ Max Pam

> 4 LIVRES : USA
+ Denis Johnson : Jesus’s Son
+ Brady Udall : Lâchons les chiens
+ Thomas Mc Guane : L’homme qui avait perdu son nom
+ Richard Ford : Rock Springs

> BOUQUINERIE
+ Frédéric Poincelet : Une relecture
+ Daniel Clowes : Ghost World
+ Alternatives économiques : Les placements éthiques
+ Paul Cox : L’histoire de l'art
+ Robert Crumb : Mister Nostalgia
+ Franck O’Connor : Le visage du mal

> NOUVEAUX SONS
+ Tom Waits : Mule Variations
+ Mogwai : Come on Die young
+ Babacar Faye : Sing Sing
+ Muslimgauze : Remixs vol 3
+ Andre Williams : Silky
+ Legendary Pink Dots : Nemesis Online
+ Add N to X : Avant Hard
+ Make Up : I Want Some

> JAMAIS TROP TARD
+ Pour the blues

> REVUES
+ Ferraille
+ Quasimodo

> ACTION
+ Le réseau Voltaire

Bouquinerie

Robert Crumb : Mister Nostalgia
Cornélius

Amoureux du désespoir en musique, bonjour !
Ignorants de la nostalgie en mesures, bienvenue !
Les éditions Cornélius et Jean-Pierre Mercier (l'un de ses plus fins connaisseurs) entreprennent avec enthousiasme de traduire Robert Crumb, pape malgré lui de la bande dessinée américaine underground. Propulsé dessinateur psychédélique après avoir usé avec force du LSD, Robert Crumb livre ici un recueil d'histoires pour la plupart déjà publiées aux USA de 1967 à 1996. Le tout rythmé par de beaux dessins issus des carnets de l'artiste. En prime, Crumb explique dans quel contexte il a réalisé chacune de ces histoires. Propos d'autant plus intéressants quand on connaît la discrétion du personnage, et belle démonstration que les casseroles de hippie déjanté qu'on lui a longtemps accrochées ne tiennent pas la distance. Avec le graphisme si particulier dont il aime à couvrir le papier, Robert Crumb retranscrit la poésie des années 20 et 30 dont il est nostalgique, sans pour autant en négliger la noirceur et l'âpreté. Grand collectionneur de disques et musicien lui-même, il raconte son intérêt à chercher des traces de ce passé musical et culturel et son désarroi face à sa disparition (Une brève histoire de l'Amérique, superbe récit muet !, Les vieilles chansons sont les meilleures). Son travail reflète également la complexité et les antagonismes du personnage (Qu'y a-t-il chez les gens qui dansent et qui s'éclatent…, Le côté ensoleillé de la rue). Sa vision brute du monde, parfois humoristique mais toujours sans concessions, se retrouve dans les adaptations libres de deux contes (Mère Hulda, Boucle d'or et les trois ours où Boucle d'or est une punk défoncée !). Au travers de l'une de ses pages les plus célèbres (Keep on truckin'...), parue la première fois en 1967, beaucoup ont lu une joie de vivre sans failles alors qu'elle stigmatisait l'optimisme béat de cette période. " De mon point de vue, explique Robert Crumb, quand je l'ai dessinée, c'était morbide. Il m'a fallu presque trente ans pour m'en rendre compte. " Comme quoi, plus on lit tôt ces histoires, plus on peut apprécier leurs différents niveaux. Robert Crumb a obtenu cette année le Grand prix de la ville d'Angoulême et présidera donc le prochain festival. Quitte à fâcher définitivement les plus réactionnaires.
Tout pour plaire, vous dis-je!