Warning: mysql_num_rows(): supplied argument is not a valid MySQL result resource in /mnt/153/sda/7/9/oeil.electrique/magazine/php/en-tetes.php on line 170
L'Oeil électrique #7 |

> C’EST BEAU LA VIE
+ Bien dans sa peau

> SOCIÉTÉ
+ OGM: privatisation du vivant
+ Révolutions quotidiennes
+ Daniel Mermet

> BANDE DESSINÉE
+ Le journal de Judith et Marinette

> LITTÉRATURE
+ Jean-Bernard Pouy

> VOYAGE
+ A l’ouest de Denver
+ Colombie

> PHOTO
+ Max Pam

> 4 LIVRES : USA
+ Denis Johnson : Jesus’s Son
+ Brady Udall : Lâchons les chiens
+ Thomas Mc Guane : L’homme qui avait perdu son nom
+ Richard Ford : Rock Springs

> BOUQUINERIE
+ Frédéric Poincelet : Une relecture
+ Daniel Clowes : Ghost World
+ Alternatives économiques : Les placements éthiques
+ Paul Cox : L’histoire de l'art
+ Robert Crumb : Mister Nostalgia
+ Franck O’Connor : Le visage du mal

> NOUVEAUX SONS
+ Tom Waits : Mule Variations
+ Mogwai : Come on Die young
+ Babacar Faye : Sing Sing
+ Muslimgauze : Remixs vol 3
+ Andre Williams : Silky
+ Legendary Pink Dots : Nemesis Online
+ Add N to X : Avant Hard
+ Make Up : I Want Some

> JAMAIS TROP TARD
+ Pour the blues

> REVUES
+ Ferraille
+ Quasimodo

> ACTION
+ Le réseau Voltaire

Nouveaux sons

Make Up : I Want Some
K Records, PIAS

Le cinquième album de Make Up est une bombe wak'n'woll, et ne déroge pas à la règle qui veut que leurs productions soient de plus en plus intéressantes. L'excellent In Mass Mind, sorti durant l'été 1998 était déjà un chef d'œuvre, et voilà qu'à peine 10 mois après, Ian Svenonius et ses compères nous livrent 23 chansons magnifiques : une véritable surenchère de création allant de la ballade groovy au rock le plus guitaré. Sauf que pour cet album, le groupe a choisi un son plus pur, plus Velvetien si j'ose dire ; le tout accompagné de nouvelles expérimentations : guitares brutalisées, claviers ultra groovy, distorsions sur la voix… Make Up a peaufiné le travail. C'est à ce moment que vous dites : " Ouais, encore un groupe qui s'inspire des années 60… ". Mais Make Up ne s'inspire pas, Make Up récrée la musique rock pour en faire du Gospel Yeh Yeh, une musique qui vous prend aux tripes, qui vous fait dresser les cheveux sur la tête, et dont eux seuls connaissent la recette secrète. Avec ses deux derniers albums, Make Up met fin à sa réputation de groupe uniquement " de scène " : ils ont maintenant prouvé qu'ils étaient aussi capables de composer de superbes albums studio, largement à la hauteurs de leurs enregistrements live. Espérons maintenant qu'ils n'ont rien perdu de leur talent scénique... ce dont je ne doute pas une minute.